L'icône transgenre Caitlyn Jenner annonce sa candidature au poste de gouverneure de Californie

Benjamin Pierret
·3 min de lecture
Caitlyn Jenner sur scène lors d'une cérémonie à Los Angeles, le 15 juillet 2015 - Kevin Winter, Getty/AFP/Archives
Caitlyn Jenner sur scène lors d'une cérémonie à Los Angeles, le 15 juillet 2015 - Kevin Winter, Getty/AFP/Archives

Le sport de haut niveau, la télé-réalité... la politique? La star américaine Caitlyn Jenner annonce ce vendredi sa candidature au poste de gouverneure de Californie. "J'en suis!", écrit l'ancienne championne olympique, également connue pour son appartenance au clan Kardashian, dans un message publié sur Twitter sous le slogan "Caitlyn For California".

"Caitlyn Jenner a aujourd'hui déposé des documents pour entrer dans la course à la gouvernance de Californie", peut-on lire en préambule de son message, qui renvoie vers le lien de son site officiel "afin de suivre sa campagne pour remettre la Californie dans la bonne direction."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Caitlyn Jenner a pris les Etats-Unis par surprise en 2015 lorsqu'elle a fait son coming-out transgenre. Avant sa transition, elle est devenue célèbre dans les années 1970 en remportant des compétitions de décathlon. Elle a même remporté une médaille d'or lors des jeux Olympiques de Montréal, en 1976.

L'Incroyable famille Kardashian

En 1991, elle épouse Kris Jenner en seconde noce et devient beau-parent de Kourtney, Kim et Khloe Kardashian, alors petites filles et inconnues. Des années pus tard, ce mariage mène Caitlyn à sa deuxième vie médiatique lorsque la télé-réalité entourant la famille recomposée devient un succès dès son lancement, en 2007.

Caitlyn Jenner détaille les raisons pour lesquelles elle se lance en politique dans son message d'annonce:

"La Californie est ma maison depuis près de 50 ans (...) Depuis dix ans, nous voyons l'éclat du Golden State se ternir à cause d'un parti unique qui place la politique avant le progrès et les intérêts personnels avant les gens. Sacramento a besoin d'une guide honnête, avec une vision clair, estime-t-elle.

Elle conspue le bilan de Gavin Newsom, l'actuel gouverneur démocrate de Californie: "J'ai prouvé que j'étais une gagnante, et la seule personne venue de l'extérieur qui puisse mettre un terme à (sa) gouvernance désastreuse", assure-t-elle.

Une annonce formelle à venir

Celle qui a plusieurs fois affiché ses sensibilités républicaines, notamment en soutenant Donald Trump lors de sa campagne présidentielle de 2016 - quitte à s'attirer les foudres d'une frange de la communauté LGBT -, poursuit:

"Des petites entreprises ont été dévastées par un confinement trop strict. Une génération entière d'enfants a perdu une année d'enseignement et a été empêchéé de retourner à l'école (...) les impôts sont trop élevés, tuent des emplois, font souffrir des familles, et font peser un poids très lourd sur les plus vulnérables d'entre nous." Elle conclut en annonçant qu'elle partira à la rencontre du peuple californien "dans les prochaines semaines", et qu'une annonce formelle suivra.

Caitlyn Jenner n'est pas la première femme transgenre qui brigue un poste de gouverneure aux Etats-Unis, mais elle pourrait devenir la première à y parvenir. En 2018, Christine Hallquist s'est lancée dans la course dans le Vermont, avant de s'incliner face au candidat sortant, Phil Scott.

Gavin Newsom en perte de vitesse

Comme le précise l'AFP, l'Etat de l'ouest américain pourrait organiser prochainement un référendum sur la révocation de son gouverneur, jadis très populaire, mais dont l'étoile a pâli avec sa décision d'imposer des restrictions sanitaires strictes pour endiguer la pandémie.

Les autorités doivent confirmer d'ici la fin avril que le nombre de signatures requis (environ 1,5 million) pour organiser ce "scrutin de rappel" a bien été atteint. Si tel est le cas, un référendum devra être organisé pour demander aux électeurs californiens s'ils veulent remplacer Gavin Newsom, au pouvoir depuis 2019, et si oui, par qui.

Article original publié sur BFMTV.com