Publicité

Libération de l’opposant Paul Rusesabagina, héros du film “Hôtel Rwanda”

L’opposant rwandais Paul Rusesabagina, héros du film “Hôtel Rwanda”, a été libéré vendredi 24 mars dans la soirée, et, selon un responsable qatari cité par The New Times, “la procédure de transfert” vers le Qatar était “en cours”.

À son arrivée dans l’émirat, M. Rusesabagina se rendra ensuite aux États-Unis, a déclaré le conseiller du ministre des Affaires étrangères et porte-parole du Qatar, Majed Mohammad Hassan Abdullah Al-Ansari, dans un message posté sur Twitter et relayé par quotidien progouvernemental rwandais en langue anglaise.

“Ce développement fait suite à des négociations […] qui auraient impliqué le Rwanda, le Qatar et les États-Unis”, souligne le journal.

“M. Rusesabagina, qui critique ouvertement le président Paul Kagame, est surtout connu pour avoir sauvé des centaines de Rwandais pendant le génocide (des Tutsis en 1994) en les hébergeant dans l’hôtel qu’il dirigeait”, rappelle CNN. La chaîne américaine souligne que cet homme de 68 ans, qui possède la double nationalité rwandaise et belge, “est un résident permanent légal des États-Unis”.

Le président américain Joe Biden a remercié les gouvernements rwandais et qatari “pour avoir rendu ces retrouvailles possibles”, faisant part de sa “joie”.

La peine de M. Rusesabagina, qui avait été condamné à vingt-cinq ans de prison pour “terrorisme” en septembre 2021, a été commuée par ordre présidentiel.

Un “mutsiépris flagrant pour les normes internationales”

La décision a été prise à la suite d’une demande de clémence de la part de M. Rusesabagina, a déclaré la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, vendredi à Al-Jazeera. Mais “personne ne devrait se faire d’illusion sur ce que cela signifie, car il y a un consensus sur le fait que des crimes graves ont été commis, pour lesquels ils ont été condamnés”, a-t-elle ajouté.

M. Rusesabagina a nié avoir fait partie d’un groupe responsable d’attaques “terroristes” et a refusé de participer à son procès, que ses partisans et lui-même ont qualifié de “mascarade”, retrace la chaîne qatarie. Il avait été arrêté au Rwanda en 2020, “après des années d’exil”. “M. Rusesabagina avait pris un avion à Dubaï, croyant qu’il l’emmenait au Burundi, mais le vol l’a conduit à Kigali.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :