"L'homophobie se renforce": les nominations de Cayeux et Béchu choquent à gauche

Christophe Béchu, alors ministre délégué à la Cohésion territoriale, sur le perron de l'Elysée à Paris, le 1er juin 2022. - Geoffroy VAN DER HASSELT © 2019 AFP
Christophe Béchu, alors ministre délégué à la Cohésion territoriale, sur le perron de l'Elysée à Paris, le 1er juin 2022. - Geoffroy VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Des nominations qui font réagir. L'entrée au gouvernement de Caroline Cayeux au poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et la promotion de Christophe Béchu à la Transition écologique passent mal à gauche.

"L'homophobie se renforce au gouvernement. Notre époque est formidable", juge la députée écologiste Sandrine Rousseau sur Twitter.

Même son de cloche du côté de Clémentine Autain, députée de la France insoumise, qui évoque "un backlash" (retour en arrière en anglais NDLR).

Engagés contre le mariage pour tous

Il faut dire que leurs parcours respectifs les classent à la droite de l'échiquier politique sur les questions sociétales. Caroline Cayeux, actuelle maire (divers droite) de Beauvais, est une ancienne proche de François Fillon et s'était vivement opposé au mariage pour tous entre 2012 et 2013.

Christophe Béchu, un intime d'Édouard Philippe et numéro 2 de son parti, avait affirmé, lui, que le mariage pour tous n'était pas "un progrès de civilisation" mais "une menace pour l'équilibre de notre société" lorsqu'il était sénateur en 2013.

Il avait également signé une tribune de Valeurs Actuelles intitulée "Dénaturation du mariage: La République fragilisée", s'alarmant notamment du "brouillage des repères originels" que pourrait engendrer la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

Alors maire, le quadragénaire avait également fait retirer des affiches de prévention contre le VIH montrant des couples homosexuels dans sa ville d'Angers en 2016.

"La Manif pour tous se retrouve promue"

Autants d'élements qui font dire à Andy Kerbrat, député France insoumise de Loire-Atlantique, que "la Manif pour tous se retrouve promue par le remaniement ", ajoutant que l'acte 2 du gouvernement d'Élisabeth Borne commence sous de biens mauvais auspices" pour les personnes LGBT.

Marie-Charlotte Garin, benjamin des élus écologistes à l'Assemblée nationale, n'est pas plus tendre. "Il semblerait qu'en macronie, le gouvernement sans homophobie, ce soit sans mission impossible. Quelle surprise ! (Non)", avance la députée EELV sur Twitter.

Le discours de politique générale d'Élisabeth Borne ce mercredi à l'Assemblée nationale sera suivi des discours des présidents de groupe. Autant dire que la gauche devrait multiplier les piques à la tribune du Palais-Bourbon.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles