L'histoire des pionniers du son et de leurs drôles de machines

SPL/SUCRÉ SALÉ

En 1857, vingt ans avant le phonographe d'Edison, un Français, Édouard-Léon Scott de Martinville, invente le premier procédé de transcription du son… dont on n'a pu écouter que récemment l'étonnant résultat.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°212 daté janvier/ mars 2023.

De nombreux savants se sont intéressés aux phénomènes sonores : au 17e siècle, Galilée commence à décrire l'onde acoustique comme un mouvement de l'air créé par un objet vibrant, et le physicien français Marin Mersenne réalise des mesures de propagation ; au 18e siècle, les mathématiciens transforment l'onde acoustique en équations… Ce ne sont pourtant pas des théoriciens, mais des ingénieurs et des inventeurs qui, à partir du milieu du 19e siècle en Europe et aux États-Unis, auront l'idée d'enregistrer le son. "Des amateurs et des curieux, parfois des hurluberlus !" , sourit Patrick Flandrin, physicien et président de l'Académie des sciences, cherchant à capter ce qui est fugitif et ne laisse pas de trace.

Une invention qui passera inaperçue jusqu'en… 2008

On pense à Edison, mais le premier à y parvenir est un typographe français touche-à-tout : Édouard-Léon Scott de Martinville. Épaulé par le fabricant d'instruments de laboratoire Rudolph Koenig, cet autodidacte invente le phonautographe -"la parole s'écrivant elle-même", selon ses propres mots - pour lequel il dépose un brevet en 1857. Son fonctionnement est similaire à celui d'un sismomètre actuel : lors d'un tremblement de terre, une aiguille tressaute, laissant une trace d'encre sur du papier qui défile. Le phonautographe capte, lui, les paroles au moyen d'un grand cornet terminé par une membrane à laquelle est relié un stylet très léger. Tel le tympan de l'oreille, la membrane vibre sous l'effet des ondes sonores et transmet ses mouvements au stylet, qui trace alors une ligne sur une feuille positionnée sur un cylindre en rotation et recouverte de noir de fumée. Avec ce procédé, Scott de Martinville transforme donc l'onde acoustique en un tracé blanc sur un papier noirci, première représentation physique du son.

Son invention passera toutefois inaperçue jusqu'en… 2008. Cette année-là, un enregistrement d'A[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi