L'ex-ministre Alain Griset jugé mardi à Lille pour "abus de confiance"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises Alain Griset arrive au tribunal le 12 octobre 2021  - Thomas SAMSON
 © 2019 AFP
Le ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises Alain Griset arrive au tribunal le 12 octobre 2021 - Thomas SAMSON © 2019 AFP

L'ancien ministre aux PME Alain Griset est convoqué, mardi après-midi, devant le tribunal judiciaire de Lille (Nord) pour répondre de faits "d'abus de confiance" et de "faux", a appris BFMTV auprès de sources concordantes.

Et ce, un mois après sa condamnation par le tribunal correctionnel de Paris pour "déclaration incomplète ou mensongère auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)."

"Nous n'avons pas eu le temps de préparer les choses"

L'audience est prévue à 14h devant la 7e chambre du tribunal judiciaire de Lille. Elle a toutefois de grandes chances d'être repoussée. Patrick Maisonneuve, avocat d'Alain Griset, entend demander un renvoi de l'audience.

"L'enquête a été clôturée le 15 décembre. Mon client est convoqué le 4 janvier. Nous n'avons pas eu le temps de préparer les choses convenablement", a-t-il regretté.

Selon nos informations, l'ancien ministre ne devrait pas se présenter à l'audience et sera représenté par un avocat du barreau local.

Soupçons d'abus de confiance

Dans ce dossier, Alain Griset est accusé d'avoir hébergé sur l'un de ses propres comptes bancaires des fonds issus de la Confédération nationale de l'artisanat des métiers et des services (Cnams) du Nord, une organisation interprofessionnelle qu'il dirigeait depuis 1991, avant d'être appelé au gouvernement pour devenir ministre chargé des Petites et moyennes entreprises.

Alain Griset s'est toujours défendu en expliquant qu'il n'avait hébergé ses fonds sur son Plan d'épargne en actions que dans le but de les faire fructifier, avant l'accord du bureau de la Cnams. Mais la justice y voit des soupçons d'abus de confiance.

Pour ne pas avoir déclaré ce Plan d'épargne en actions dans sa déclaration d'intérêts lors de son entrée au gouvernement, Alain Griset a été condamné, le 8 décembre, à six mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité avec sursis. Il a immédiatement fait appel de cette décision. Et dans la foulée, il a démissionné de ses fonctions au gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles