L'ex-chef de l'agence spatiale russe envoie à Macron le morceau d'obus qui l'a blessé en Ukraine

L'ex-chef de l'agence spatiale russe envoie à Macron le morceau d'obus qui l'a blessé en Ukraine
Le chef de l'Agence spatiale russe Dmitry Rogozin se tient, le 8 décembre 2021 au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, devant la fusée qui va envoyer dans l'espace le milliardaire japonais Yusaku Maezawa - SHAMIL ZHUMATOV © 2019 AFP
Le chef de l'Agence spatiale russe Dmitry Rogozin se tient, le 8 décembre 2021 au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, devant la fusée qui va envoyer dans l'espace le milliardaire japonais Yusaku Maezawa - SHAMIL ZHUMATOV © 2019 AFP

L'ancien chef de l'agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, a annoncé mercredi avoir envoyé au président Emmanuel Macron le bout de shrapnel qui l'a blessé en Ukraine, tiré selon lui depuis un canon français Caesar fourni à Kiev.

Dmitri Rogozine, qui dirige actuellement un groupe de conseillers militaires apportant une assistance aux forces séparatistes en Ukraine, avait été blessé au dos en décembre lors d'une frappe ukrainienne sur un hôtel de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine sous contrôle russe, qui avait fait plusieurs morts et blessés.

Réunion de travail ou cérémonie d'anniversaire?

Dmitri Rogozine avait assuré que l'incident s'était produit au moment d'une "réunion de travail" dans le restaurant de l'hôtel. La chaîne de télévision publique russe Rossia 24 avait de son côté affirmé que l'ex-patron de Roscosmos y célébrait son 59e anniversaire, avec des invités et des musiciens.

Il avait indiqué après la frappe avoir été opéré à l'hôpital car un morceau d'obus s'était logé au-dessus de son omoplate droite. Dmitri Rogozine, un ardent partisan de l'offensive russe en Ukraine, a expliqué avoir écrit à l'ambassadeur français à Moscou, Pierre Levy.

"Dans cette enveloppe, avec ma lettre, vous verrez un fragment d'obus d'une pièce d'artillerie française de 155 mm Caesar", a déclaré Dmitri Rogozine dans cette lettre ouverte publiée sur Telegram.

"Je vous demande de remettre le fragment"

"Il a perforé mon épaule droite et s'est logée dans la cinquième vertèbre cervicale, à un millimètre seulement de différence et il aurait pu me tuer ou de me rendre invalide", a-t-il écrit.

Contacté, l'ambassade de France a Moscou n'a pas souhaité commenter dans l'immédiat. Le bombardement ayant blessé Dmitri Rogozine a également tué deux de ses amis, a expliqué ce dernier, en ajoutant: "Toutes nos victimes sont sur votre conscience".

"Je vous demande de remettre le fragment retiré de ma colonne vertébrale par les chirurgiens au président français Emmanuel Macron", a encore déclaré le responsable russe. "Et dites-lui que personne n'échappera à la responsabilité des crimes de guerre", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com