L'Espagne submergée par la 3ème vague mais le gouvernement craint un nouveau reconfinement

Par Mathieu de Taillac, avec R.V.
·2 min de lecture
Square fermé à Barcelone. - Pau Barrena

L'Espagne a recensé 35 000 nouveaux cas de Covid-19 sur son sol par jour au cours de la semaine qui s'est achevée ce vendredi. Mais le gouvernement se refuse à décréter un nouveau confinement, en raison de l'état de l'économie.

La situation sanitaire est particulièrement grave en Espagne. Au cours de la semaine qui s'est achevée ce vendredi, elle a enregistré en moyenne 35.000 nouveaux cas quotidiens de contamination par le Covid-19, avec des pointes à 40.000 patients supplémentaires. Selon l'université américaine Johns Hopkins, l'Espagne a enregistré plus de 2.456.000 cas depuis le début de la crise et vient de dépasser la barre des 55.000 morts au total. Le gouvernement rechigne pourtant à imposer un nouveau confinement, redoutant son effet sur une économie déjà fragilisée.

En moyenne, cette même semaine, on a de surcroît recensé 280 morts par jour en Espagne. Un niveau douloureux mais cependant relativement modéré par rapport à d'autres pays européens, comme le Royaume-Uni, où il est quatre fois supérieur par tranche de 24 heures. Le nombre de morts est toutefois le dernier indicateur à exploser lorsque la contamination repart à la hausse.

Le gouvernement face aux régions

Soignants et scientifiques sont inquiets, ils craignent que cette troisième vague surpasse la première. Pour le moment, ce n'est cependant pas le cas. Le nombre de morts quotidiens était trois fois plus lourd lors de la "primera ola".

Pour faire face à la menace, les régions, les "autonomies" qui comme leur nom l'indique bénéficient en principe d'une large liberté de mouvement, demandent à avancer le couvre-feu, fixé au plus tôt à 22h actuellement. Certaines réclament même l'instauration d'un nouveau confinement. Elles se heurtent au refus du gouvernement central, installé à Madrid.

De peur de déstabiliser gravement une économie déjà fragilisée au cours des derniers mois, il leur demande de s'en tenir aux mesures déjà en vigueur, comme la restriction des déplacements à l'intérieur des régions, voire des communes, le, port systématique du masque, la fermeture éventuelle des bars et des restaurants.

les choses bougent pourtant dans la capitale elle-même. Le responsable de la santé de la région de Madrid a signalé ce ven dredi, comme l'a noté l'AFP, que le taux d'incidence du virus avait atteint le niveau extrêmement élevé de 875 cas pour 100.000 habitants sur les deux dernières semaines. Il a annoncé l'avancée d'une heure du couvre-feu, passant de 23h à 22h.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :