Les USA et l'Onu condamnent les violences au Nicaragua

Les Etats-Unis ont condamné lundi les violences des paramilitaires nicaraguayens à l'encontre d'étudiants, de journalistes et de membres du clergé. /Photo prise le 16 juillet 2018/REUTERS/Oswaldo Rivas (Reuters)

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont condamné lundi les violences des paramilitaires nicaraguayens à l'encontre d'étudiants, de journalistes et de membres du clergé.

Le département d'Etat américain appelle dans un communiqué le président Daniel Ortega à tenir immédiatement compte des revendications de son peuple en faveur de réformes démocratiques et d'élections.

Il ajoute avoir imposé des restrictions à la délivrance de visas pour les responsables d'atteintes aux droits de l'homme ou à la démocratie, ainsi qu'aux membres de leurs familles.

Pour le secrétaire général de l’Onu, "le recours à la force meurtrière est non seulement inacceptable, mais constitue également un obstacle à la recherche d'une solution politique à la crise actuelle".

Antonio Guterres "appelle le gouvernement nicaraguayen à protéger efficacement sa population des agressions, à garantir le respect des droits de l'homme et à établir la responsabilité des violences", a déclaré son porte-parole lors d'un point de presse.

Dix personnes au moins ont été tuées dimanche par la police nicaraguayenne et les mouvements paramilitaires favorables au chef de l'Etat lors de nouvelles manifestations, selon un mouvement de défense des droits de l'homme.

Le Nicaragua est en proie à des troubles depuis que Daniel Ortega a annoncé en avril son intention de réduire les retraites pour combler le déficit de la sécurité sociale.

(Eric Walsh, Jean-Philippe Lefief pour le service français)