L'EI lance des voitures piégées contre les FDS à Baghouz

Les combattants des Forces démocratiques syriennes. Les djihadistes de l'Etat islamique ont lancé dimanche des voitures bourrées d'explosifs contre les Forces démocratiques syriennes (FDS) qui ont pris d'assaut leur réduit de Baghouz, dans l'est de la Syrie. /Photo prise le 1 mars 2019/REUTERS/Rodi Said (Reuters)

PRES DE BAGHOUZ, Syrie (Reuters) - Les djihadistes de l'Etat islamique ont lancé dimanche des voitures bourrées d'explosifs contre les Forces démocratiques syriennes (FDS) qui ont pris d'assaut leur réduit de Baghouz, dans l'est de la Syrie.

Les FDS, alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, disent s'attendre à livrer une "bataille décisive" ce dimanche contre leur adversaire.

La prise de cette localité des bords de l'Euphrate marquerait le couronnement de quatre années d'efforts internationaux pour venir à bout des djihadistes, même si l'EI demeure une menace, recourant à des tactiques de guérilla à partir de ses réduits dans les zones désertiques plus à l'ouest.

Les FDS ont engagé la bataille finale voici près de 18 heures dans Baghouz même, après en avoir évacué les derniers civils.

"Nos forces progressent lentement pour éviter tout problème, car Daech (le groupe Etat islamique) a fortement miné le secteur. Des milliers de mines parsèment les rues de l'endroit", a déclaré Marvan Qamishlo, du service de presse des FDS.

"Nous nous attendons à une bataille décisive dans la matinée", a-t-il dit à Reuters sur une colline dominant Baghouz.

Les djihadistes restants sont pour la plupart des étrangers qui s'embusquent dans des souterrains et lancent des attaques surprises contre les combattants des FDS, a ajouté Qamishlo.

Les combats se poursuivaient encore dans l'après-midi.

Un commandant des FDS a déclaré que l'EI avait précipité des voitures piégées la nuit précédente contre les troupes lancées à l'assaut de Baghouz. Deux des véhicules ont été détruits par des frappes aériennes, le troisième a été neutralisé par les tirs des miliciens.

Sinjar Shammar, membre des Unités de protection du peuple (YPG), la force kurde qui chapeaute les FDS, a été blessé au bras par un éclat d'obus.

"Mon camarade a été envoyé à l'hôpital. Il a perdu sa jambe", a expliqué ce commandant âgé de 22 ans. "Mais le moral est très bon sur la ligne de front. Je vais bientôt rejoindre mes camarades. Si Dieu le veut, nous triompherons."

(Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles