L'enquête sur les abus sexuels de casques bleus en RCA élargie

Les Nations unies ont élargi le périmètre de leur enquête sur les accusations d'abus sexuels commis par des casques bleus en République centrafricaine (RCA) après avoir recueilli de nouvelles accusations d'abus sexuels commis par des casques bleus marocains et burundais dans le pays. L'Onu dit en avoir informé la France, le Gabon et le Burundi. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini (Reuters)

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Nations unies ont annoncé mercredi qu'elles avaient élargi le périmètre de leur enquête sur les accusations d'abus sexuels commis par des casques bleus en République centrafricaine (RCA) et en avoir informé la France, le Gabon et le Burundi. Stéphane Dujarric, porte-parole de l'Onu, a dit lundi que les Nations unies avaient recueilli de nouvelles accusations d'abus sexuels commis par des casques bleus marocains et burundais en Centrafrique. Dans un cas, ces abus concernaient une adolescente de 14 ans. "Le nombre exact et la nature de ces allégations extrêmement troublantes restent à déterminer", dit l'Onu dans un communiqué, dans lequel il est précisé que des contingents burundais et gabonais ont été identifiés. "Des accusations ont également été portées contre des soldats appartenant à la force Sangaris", ajoute le communiqué. Les forces de l'Onu sont ébranlées par un scandale d'abus sexuels présumés en Centrafrique depuis l'an dernier. En janvier, une commission d'enquête indépendante a accusé les Nations unies et leurs agences d'avoir géré de manière très discutable les accusations portées contre des casques bleus en 2013 et 2014 en RCA. Les autorités françaises, gabonaises et burundaises n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour commenter le communiqué de l'Onu. (Louis Charbonneau,; Nicolas Delame pour le service français)