Publicité

Le leasing électrique à 100 €/mois réserve une mauvaise surprise aux tricheurs

Entre le 1er janvier et le 13 février 2024, certains ménages français ont pu bénéficier d’une offre de leasing (location) alléchante pour une voiture électrique. Grâce à un coup de pouce du gouvernement de l’ordre de 13 000 €, plusieurs modèles de voitures électriques se sont retrouvés accessibles, entre 40 € et 150 € par mois. Cette offre était théoriquement réservée aux foyers les plus modestes dont le revenu fiscal ne dépassait pas 15 400 €, pour les aider à passer à l’électrique pour leurs besoins de déplacements professionnels.

Le dispositif a généré beaucoup de demandes en ligne, mais il a aussi attiré beaucoup de monde en concession pour en bénéficier. Victime de leur succès, les 20 000 dossiers prévus sont passés à 50 000 dossiers rien que pour 2024, avant que le gouvernement ne bloque les nouvelles demandes jusqu’à l’année prochaine. Il est cependant fort probable que beaucoup de personnes se soient précipitées un peu vite sur l’offre, sans attendre d’en connaître forcément toutes les petites lignes. Comme c’est le cas avec un ajout dans le décret publié ce 13 février qui vient menacer les clients d’une amende salée, pour ceux qui pensaient détourner le dispositif.

1 500 € d’amende pour les tricheurs

Un ajout dans le décret n° 2024-102 du 13 février attire l’attention. Au milieu des « il diminue », « il supprime » et « il augmente » assez habituels dans un texte relatif à la modification des conditions d’aides à l’achat des voitures électriques,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Renault Twingo // Source : Renault