Le président iranien Rohani proclame la fin de l'Etat islamique

Le président iranien Hassan Rohani a proclamé mardi la fin de l'Etat islamique (EI ou Daech) dans un discours diffusé en direct à la télévision publique. /Photo prise le 20 septembre 2017/REUTERS/Stephanie Keith

BEYROUTH (Reuters) - Le président iranien Hassan Rohani a proclamé mardi la fin de l'Etat islamique (EI ou Daech) dans un discours diffusé en direct à la télévision publique.

La défaite de l'organisation fondamentaliste sunnite a également été proclamée par le général Qassem Soleimani, un haut dirigeant du Corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI, pasdarans) dans un message envoyé au guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a été diffusé par Sepah News, le site internet des Gardiens.

Hassan Rohani doit rencontrer mercredi en Russie ses homologues russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan pour discuter du conflit syrien.

"Aujourd'hui, guidés par Dieu et la résistance des peuples dans la région, nous pouvons dire que ce mal a été, soit ôté de la tête des gens, soit a été diminué", a déclaré Hassan Rohani à propos de l'EI.

"Bien sûr, il restera des vestiges, mais le socle et les racines ont été détruits", a ajouté le président.

Le général Soleimani commande la Force al Qods, la branche des Gardiens responsable des opérations hors des frontières de l'Iran. Des vidéos et des images de lui sur la ligne de front dans les batailles contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie ont été diffusées à plusieurs reprises par les médias iraniens ces dernières années.

Un millier de Gardiens, dont de hauts commandants, ont été tués en Syrie et en Irak.

La guerre en Syrie est entrée dans une nouvelle phase avec la prise, le week-end dernier, par l'armée syrienne et ses alliés d'Albou Kamal, dernière ville importante occupée par l'Etat islamique en Syrie dans l'est de la Syrie.


DANS LA CLANDESTINITÉ

Après cette défaite à Albou Kamal, il ne reste à Daech en Syrie que quelques villages le long de l'Euphrate, ainsi que quelques sites ici et là dans le pays.

La semaine dernière, la presse iranienne a diffusé des photos du général Soleimani à Albou Kamal.

En Irak, les forces irakiennes ont repris vendredi la ville de Raoua, dernière ville contrôlée par l'Etat islamique.

Ceux qui combattent l'EI en Syrie et en Irak estiment que l'organisation sunnite fondamentaliste va désormais agir dans la clandestinité et mener une guérilla urbaine en activant des cellules dormantes.

Dans son discours mardi, Hassan Rohani a accusé les Etats-Unis et Israël de soutenir l'EI. Il a également critiqué les Etats arabes de la région et demandé pourquoi ils n'ont pas dénoncé la mort de civils dans la guerre au Yémen.

Les ministres des Affaires étrangères d'Arabie saoudite et ses alliés ont critiqué l'Iran et le Hezbollah, son allié chiite libanais, lors d'une réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au Caire, appelant à un front uni pour contrer l'ingérence iranienne.

Qassem Soleimani a pour sa part remercié les "milliers de martyrs et blessés iraniens, irakiens, syriens, afghans et pakistanais défenseurs du lieu saint".

Sur les sites internet liés aux Gardiens, les pasdarans tués en Syrie et en Irak sont déclarés comme protecteurs du lieu saint."

Le général Soleimani a souligné le "rôle décisif" joué par le Hezbollah et son chef Hassan Nasrallah et évoqué aussi les milliers de volontaires chiites irakiens réunis dans les "unités de mobilisation populaire", qui ont lutté contre l'EI en Irak.


(Babak Dehghanpisheh; Danielle Rouquié pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages