Le message inquiétant de la Maison blanche aux Européens

par Noah Barkin
Dans la semaine ayant précédé la venue de Mike Pence à Bruxelles, où le vice-président américain a insisté lundi sur "l'attachement profond" des Etats-Unis vis-à-vis de l'Union européenne, Steve Bannon (photo), le stratège en chef de la Maison blanche, a fait passer un message bien différent aux Européens. /Photo prise le 17 février 2017/REUTERS/Carlos Barria

par Noah Barkin

BERLIN (Reuters) - Dans la semaine ayant précédé la venue de Mike Pence à Bruxelles, où le vice-président américain a insisté lundi sur "l'attachement profond" des Etats-Unis vis-à-vis de l'Union européenne, Steve Bannon, le stratège en chef de la Maison blanche, a fait passer un message bien différent aux Européens.

Selon trois sources au fait de leur conversation, l'ex-patron du site ultraconservateur Breitbart News s'est entretenu avec l'ambassadeur d'Allemagne à Washington et lui a dit qu'il considérait l'UE comme une construction déficiente et qu'il privilégiait une approche bilatérale avec les Etats européens.

Invoquant le caractère confidentiel de cette discussion, l'ambassadeur Peter Wittig et le gouvernement allemand se sont refusé à tout commentaire.

A la Maison blanche, un membre de l'administration présidentielle, après avoir consulté Steve Bannon, a confirmé la tenue de cette rencontre mais a démenti le contenu obtenu par Reuters. "Ils ne se sont parlé que trois minutes environ et c'était un rapide bonjour", a-t-il dit.

Mais les trois sources, souhaitant rester anonymes du fait de la sensibilité du sujet, ont évoqué une rencontre plus longue que ces trois minutes et un entretien lors duquel Steve Bannon a pris le temps de développer sa vision du monde.

Le contenu, ajoute-t-on, était assez proche du discours que Steve Bannon a prononcé via Skype en 2014 lors d'une conférence organisée par le Vatican.

L'ex-banquier de Goldman Sachs, qui dirigeait alors Breitbart News, avait évoqué positivement l'essor des mouvements populistes en Europe et expliqué que les peuples aspiraient au nationalisme parce qu'ils "ne croient plus dans ce genre d'Union pan-européenne".

L'Europe occidentale, avait-il ajouté, s'est construite sur la base de "mouvements nationalistes forts". "Je pense que c'est ce qui nous attend à l'avenir", avait-il poursuivi.

ESPOIRS DOUCHÉS

Les propos tenus par Steve Bannon lors de son entretien avec l'ambassadeur Wittig ont troublé le gouvernement allemand où certains espéraient que le conseiller de Donald Trump modérerait ses analyses une fois au gouvernement.

Au contraire, cette discussion, rapporte une des sources, a confirmé l'opinion selon laquelle l'Allemagne et ses partenaires européens doivent se préparer à une politique américaine d'"hostilité à l'égard de l'UE", loin des déclarations conciliantes de Mike Pence.

Selon un deuxième informateur, qui s'appuie aussi sur ses contacts avec l'administration Trump, le nouveau pouvoir en place à Washington ne reconnaît guère de mérite au rôle joué par la construction européenne pour la paix et la prospérité dans l'Europe de l'après-guerre.

"Il semble que la Maison blanche ne comprenne pas qu'une dislocation de l'UE aurait de graves conséquences", dit-il.

La Maison blanche précise qu'il n'existe aucune transcription de la conversation entre Bannon et Wittig.

Les sources de Reuters soulignent que rien ne permet d'en conclure que Donald Trump est prêt à aller au-delà de ses attaques verbales contre l'UE - notamment son soutien affiché en faveur du Brexit - et à prendre des mesures concrètes de nature à déstabiliser le bloc européen.

"NOUS SOMMES INQUIETS ET NOUS AVONS DES RAISONS DE L'ÊTRE"

Mais l'inquiétude est suffisamment forte pour que le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, et Wolfgang Ischinger, président de la Conférence de Munich sur la sécurité, dont l'édition 2017 se tenait en fin de semaine passée, lancent des appels inhabituels à Mike Pence pour qu'il réaffirme la relation entre Washington et l'UE.

Le vice-président s'est exécuté, déclarant lundi, après ses entretiens avec Donald Tusk, le président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker, le président de la Commission : "Le président Trump et moi-même sommes impatients de travailler avec vous et avec l'Union européenne pour approfondir notre partenariat politique et économique."

Mais le message n'a pas mis fin aux interrogations dans les capitales européennes, déjà sous tension avant les élections à venir le mois prochain aux Pays-Bas puis en France ce printemps avant l'Allemagne à l'automne.

"Nous sommes inquiets et nous avons des raisons de l'être. Pour l'heure, nul ne sait rien du genre de décisions qui sortira de Washington", explique Thomas Matussek, ancien ambassadeur d'Allemagne à Londres et à l'Onu, aujourd'hui conseiller chez Flint Global, une firme de conseil en risque.

"Mais il est évident que l'homme qui est au sommet du pouvoir et les gens les plus proches de lui pensent que c'est l'Etat-nation qui crée l'identité et non pas ce qu'ils considèrent comme un groupe amorphe de pays comme l'UE", ajoute-t-il.

(avec Roberta Rampton et Alastair Macdonald à Bruxelles et Jeff Mason à Washington, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages