Le crypto-porno, cette arnaque à la webcam de plus en plus utilisée en France

Katia Rimbert
Journaliste
Le crypto-porno, cette arnaque à la webcam est de plus en plus utilisée

C’est l’une des nouvelles entourloupes préférées des hackers. Et pour cause, elle est suffisamment anxiogène et crédible pour que vous puissiez tomber facilement dans le panneau… Et mettre la main au porte-monnaie.

Le quoi ? Le crypto-porno est une arnaque jusqu’ici peu connue du grand public mais dont les signalements ont explosé au cours de l’année 2019. Elle consiste à vous faire croire que quelqu’un a accès à votre webcam pour vous soutirer de l’argent. Et malheureusement, souvent, ça marche.

Un spam plus inquiétant que les autres

Le premier rapport annuel d’activité de Cybermalveillance.gouv.fr - dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance et aux risques numériques - dépeint une “hausse fulgurante du nombre de cas de crypto-porno”. Ces douze derniers mois, les demandes d’aide sur le plateforme ont explosé (90 000 contre 28 855 en 2018) sachant que 90% d’entre elles proviennent de particuliers.

En 2019, pas moins de 28 000 personnes ont signalé des mails frauduleux de ce type d’arnaque tandis que 38% des recherches d’assistance sur le site concernaient le chantage à la webcam. Et ce, devant celles concernant le piratage de compte en ligne (14 %) et le hameçonnage (13 %). Preuve que le phénomène explose.

Une tentative de sextorsion

Mais en quoi ça consiste, au juste ? Le principe est simple : vous recevez un message vous disant que la webcam de votre ordinateur a été piratée et que des images compromettantes de vous seront diffusées sur Internet, si vous ne payez pas une certaine somme d’argent (en général, plusieurs centaines d’euros). Pour vous faire un peu plus flipper et crédibiliser sa menace, le pirate ajoute souvent des informations personnelles comme l’un de vos anciens mots de passe.

Vous l’aurez sans doute compris, cette technique d’intimidation vise principalement les consommateurs de vidéos pornographiques sur leur ordinateur. C’est ce qu’on appelle de la sextorsion, puisque le cybercriminel va vous demander de l’argent pour ne pas divulguer de vidéos et informations intimes vous concernant.

Évidemment, vous pouvez aussi être touché.e même si vous ne regardez pas de porno. Après tout, vous avez tout à fait le droit d’être en petite tenue devant votre ordi sans pour autant mater une vidéo cochonne. Si vous avez été victime d’une telle menace, signalez-la au plus vite sur Cybermalveillance.gouv.fr.

A LIRE AUSSI

> Le porno aurait une influence directe sur le cerveau… Et sur le comportement

> De nombreuses femmes sont victimes de violences pendant un rapport sexuel… En partie à cause du porno

> Arnaque : attention au "ping call", l’escroquerie à l’appel en absence