Le Cambodge accuse le Laos de violation de frontière

Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a accusé vendredi une trentaine de soldats laotiens d'avoir franchi la frontière cambodgienne en avril et leur a donné jusqu'au 17 août pour se retirer. /Photo d'archives/REUTERS/Samrang Pring (Reuters)

PHNOM PENH (Reuters) - Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a accusé vendredi une trentaine de soldats laotiens d'avoir franchi la frontière cambodgienne en avril et leur a donné jusqu'au 17 août pour se retirer. A l'occasion d'une cérémonie à Phnom Penh, la capitale du Cambodge, le chef du gouvernement a précisé qu'il allait mobiliser des soldats dans la zone. Il a dit en outre avoir contacté le gouvernement du Laos. "Je ne peux plus garder patience", a-t-il déclaré. "Il n'est pas bon que nous nous battions mais s'ils ne se retirent pas, nous devrons le faire (...) Nous ne déclarons pas la guerre, nous demandons seulement de récupérer nos propres terres", a-t-il ajouté. Le Laos, situé au nord du pays, partage une frontière de plus de 400km avec le Cambodge. Des disputes territoriales ont opposé dans le passé le Cambodge au Vietnam, à l'est, et à la Thaïlande, à l'ouest. En novembre 2013, la Cour pénale internationale de La Haye a tranché en faveur du Cambodge et ordonné aux soldats thaïlandais de se retirer de terres autour du temple khmer de Preah Vihear. Au plus fort des tensions, en 2011, des fusillades ont fait 28 morts. (Chan Thul Prak, Julie Carriat pour le service français)