Publicité

Leïla Mustapha, maire de Raqqa : « On a perdu une femme de paix »

Les mots ne manquent pas pour qualifier celle qui a tenté de relever Raqqa, traumatisée par Daesh. « Dévouée, déterminée, solide… ». Xavier de Lauzanne égrène les adjectifs pour se souvenir de Leïla Mustapha, une Kurde syrienne coprésidente l’ancien fief de l’État islamique, décédée tragiquement après une opération chirurgicale ce samedi 25 novembre.

C’était une femme qui avait des convictions très fortes. Elle avait une volonté de créer du lien, de réconcilier les peuples

Xavier de Lauzanne, réalisateur de « 9 jours à Raqqa »

Avec la journaliste Marine de Tilly, le réalisateur a suivi cette femme de 35 ans pendant neuf jours au cœur d’une ville meurtrie, où tout est à rebâtir. Si la première en a fait un récit poignant dans le livre « La femme, la vie, la liberté » (2020), le second a en fait un documentaire : « 9 jours à Raqqa » (2020). Un film saisissant sur la reconstruction des peuples kurdes et arabes dans une ville libérée du fléau djihadiste mais détruite à 80 %.

Femme de poigne moderne

« C’était une femme qui avait des convictions très fortes. Elle avait une volonté de créer du lien, de réconcilier les peuples », se souvient Xavier de Lauzanne auprès de Paris Match. Cheveux détachés, pantalon près du corps et petit sac à main : dans son documentaire Leïla Mustapha, musulmane sunnite, sort des clichés des femmes de la région. « C’était une femme très libre, très respectée dans la région. Elle incarnait une vraie modernité » abonde le réalisateur.

Ima...


Lire la suite sur ParisMatch