L'Azerbaïdjan donne à l'Arménie 10 jours de plus pour évacuer près du Nagorny Karabakh

Ma. D.
·2 min de lecture
Un habitant devant une maison détruite par un bombardement, le 27 octobre 2020 à Ganja, en Azerbaïdjan - TOFIK BABAYEV © 2019 AFP
Un habitant devant une maison détruite par un bombardement, le 27 octobre 2020 à Ganja, en Azerbaïdjan - TOFIK BABAYEV © 2019 AFP

L'Azerbaïdjan a accordé 10 jours supplémentaires à l'Arménie pour évacuer le district de Kalbajar, avoisinant la région du Nagorny Karabakh, et qui devait être remis ce dimanche aux forces azerbaïdjanaises, après la défaite d'Erevan dans un conflit meurtrier.

"Faisant preuve de sentiments humanitaires, l'Azerbaïdjan a donné son accord pour reporter au 25 novembre la date limite du retrait des forces armées arméniennes et des colons arméniens illégaux de Kalbajar", a indiqué à la presse un représentant de la présidence azerbaïdjanaise, Hikmet Hajiyev.

Une demande arménienne en ce sens avait été relayée au président azerbaïdjanais Ilham Aliev par son homologue russe Vladimir Poutine, a-t-il précisé, le jour où Erevan devait rendre ce territoire à la suite d'un accord parrainé par la Russie mettant fin à plus d'un mois d'hostilités.

Accord en début de semaine

La défaite arménienne dans la guerre du Nagorny Karabakh qui avait débuté fin septembre a été consacrée par un accord en début de semaine au terme duquel Erevan doit évacuer une série de districts entourant la province séparatiste. Celui de Kalbajar était le premier d'entre eux et devait repasser ce dimanche sous contrôle azerbaïdjanais.

Le calendrier de retrait de deux autres districts - Agdam le 20 novembre et Latchin le 1er décembre - reste inchangé, a ajouté le représentant Hikmet Hajiyev.

Ces régions faisaient parties du "glacis protecteur" formé par les forces arméniennes à l'issue de la guerre des années 1990 autour du Nagorny Karabakh à proprement parler.

Maisons incendiées

La perspective d'un retour azerbaïdjanais a provoqué un exode de la population arménienne de Kalbajar, qui craint des représailles. Nombreux sont ceux à avoir incendié leurs maisons pour ne pas que des Azerbaïdjanais s'y installent.

A la fin de la guerre des années 1990, c'était à l'inverse la totalité de la population azerbaïdjanaise qui avait fui le district. L'Arménie avait ensuite encouragé la repopulation de la région par des Arméniens ethniques.

Article original publié sur BFMTV.com