Publicité

L'augmentation de l'offre des drogues en Europe génère une hausse de la violence

L'augmentation de l'offre des drogues en Europe génère une hausse de la violence

Selon l'étude EU Drug Markets Review 2024, de plus en plus de variétés de drogues sont disponibles et beaucoup d'entre elles sont de meilleure qualité. Le document, produit par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) et Europol, indique que cette évolution s'accompagne d'une efficacité accrue dans le transport des drogues et d'une "remarquable résistance aux crises mondiales, à l'instabilité et aux changements politiques et économiques importants".

Mais cela constitue également une menace pour la prévention. L'association Infor Drogues & Addictions, en Belgique, reçoit chaque année 2 000 appels d'usagers et de membres de leur famille préoccupés par d'éventuelles dépendances. Bien que l'association s'occupe de tous les types de drogues, sa chargée de communication, Fanny Bétermier, explique que la plupart des demandes concernent la marijuana.

Dans la plupart des pays de l'UE, la consommation de cannabis est illégale. Mais l'Allemagne s'est récemment engagée dans la voie de la légalisation du cannabis à des fins récréatives. Cela pourrait avoir un impact sur la prévention. "Il serait beaucoup plus facile de réduire les risques pour le grand public", explique Mme Bétermier. "Les gens viendraient plus facilement nous voir parce qu'ils n'auraient plus honte d'admettre, non pas qu'ils ont un problème, mais qu'ils consomment une drogue illégale", explique-t-elle.

Mais pour Alexis Goosdeel, directeur de l'OEDT, "l'impact réel" de ces mesures n'est pas encore connu. Dans une interview accordée à Euronews, M. Goosdeel reconnaît qu'avec ces stratégies, il y a une "tentative de couper l'accès des organisations criminelles au marché du cannabis", mais il pense qu'"il sera nécessaire pour les pays d'adapter leurs politiques et leurs stratégies".

Tous les pays de l'UE ne disposent pas d'une législation permissive sur la marijuana. Pour l'instant, seul Malte a légalisé son usage. Le Luxembourg, l'Espagne, le Portugal et les Pays-Bas autorisent ou tolèrent la consommation privée.

Un marché dominé par le cannabis et la cocaïne

La valeur totale du marché européen de la drogue s'élève à 31 milliards d'euros. Selon les données révélées par le rapport, le cannabis est la drogue qui détient la plus grande part de marché. Il représente 39 % du total et 12,1 milliards d'euros. C'est aussi la substance illégale la plus consommée dans l'Union européenne. Selon le rapport européen sur les drogues 2023, 8 % des adultes européens auraient consommé de la marijuana au cours de l'année écoulée. En outre, 1,3 % des Européens en consomment quotidiennement.

La majeure partie du cannabis consommé dans l'UE est produite en Espagne. Mais l'analyse de l'OEDT et d'Europol met en évidence "un impact environnemental significatif en raison de la consommation d'énergie et d'eau, ainsi que de la pollution chimique".

Sa consommation est suivie de près par celle de la cocaïne, avec 37 % du total et 11,6 milliards d'euros. Mais selon l'analyse, le marché de la cocaïne est "en hausse", potentiellement influencé par "la disponibilité de cocaïne de haute pureté et à bas prix".

En outre, l'UE, qui est traditionnellement le point d'arrivée de la cocaïne, pourrait voir son rôle mondial évoluer. Selon le document, cela se traduit par "l'utilisation croissante de l'UE comme point de transit pour les envois de cocaïne vers d'autres régions". Mais l'Union pourrait également servir de laboratoire pour certaines étapes de la production de cocaïne.

Augmentation de la violence liée à la drogue

Les trafiquants de drogue doivent faire face à une concurrence accrue pour écouler leurs produits sur le marché, du fait de l'augmentation de la quantité de drogues disponibles. Cette situation peut s'avérer dangereuse pour les citoyens. "L'augmentation de la violence liée à la drogue est générale en Europe", explique M. Goosdeel.

"Les différents acteurs du marché des drogues illicites subissent une pression énorme", ajoute-t-il. Mais la situation n'est pas nouvelle. "La violence liée à la drogue a commencé lentement mais sûrement il y a 10 ou 15 ans autour du marché du cannabis en Europe", note M. Goosdeel.

Selon les données de l'OEDT et d'Europol, le marché des drogues illicites est étroitement lié au trafic d'armes et au blanchiment d'argent. "Le fait qu'il y ait davantage de groupes qui se disputent le même marché et que le marché de la drogue soit lié à celui du trafic d'armes se reflète dans le fait qu'il y a maintenant des gens qui utilisent des kalachnikovs dans les rues d'Anvers ou d'Amsterdam", explique M. Goosdeel.

Cette augmentation de la violence se produit également en Belgique. Ces derniers mois, la violence liée à la drogue a augmenté et, rien qu'en février, une dizaine de fusillades ont eu lieu dans la capitale belge, dont l'une a fait un mort.