L'association BarakaCity dissoute mercredi en Conseil des ministres

·2 min de lecture

Gérald Darmanin a annoncé mercredi la dissolution de l'association BarakaCity qui «incitait à la haine» et «entretenait des relations au sein de la mouvance islamiste radicale» selon le ministre de l'Intérieur. 

L'association BarakaCity a été dissoute mercredi en Conseil des ministres, accusée par le gouvernement de «relations au sein de la mouvance islamiste radicale» et de «se complaire à justifier des actes terroristes», a annoncé Gérald Darmanin dans un tweet.

Cette ONG, présidée par Driss Yemmou, dit Idriss Sihamedi, «incitait à la haine, entretenait des relations au sein de la mouvance islamiste radicale, se complaisait à justifier des actes terroristes», a fait valoir le ministre de l'Intérieur, qui avait réclamé sa dissolution après la décapitation de Samuel Paty en pleine rue à Conflans Saint-Honorine (Yvelines). Idriss Sihamedi est par ailleurs soupçonné de cyberharcèlement envers une ex-journaliste de «Charlie Hebdo» et doit être juger en janvier pour ces faits.

A lire aussi :La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin

L'association demande "l'asile politique"

«Nous demandons l'asile politique de notre ONG à un pays garant de l'intégrité des musulmans», a réagi sur Twitter l'association. «Nous mettons tout en oeuvre pour sauver les intérêts de nos bénéficiaires présents dans 26 pays».


Lire la suite sur Paris Match