Publicité

L'armée et la police ont repris le contrôle de plusieurs prisons

Après une semaine de chaos, il aura fallu la mobilisation de plus de 1000 policiers et militaires dans les prisons équatoriennes, pour que la situation retrouve son calme.

Dimanche, l'armée et la police ont repris le contrôle de plusieurs centres pénitentiaires à travers le pays, comme ici dans la province de Cotopaxi, située au sud de la capitale Quito. La veille, les autorités ont annoncé la libération de plus d’une centaine d’otages, pour la plupart des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, retenus par des mutins.

"La police nationale de l'Équateur a mené une opération pour libérer les 15 agents pénitentiaires qui étaient retenus en otage à l'intérieur de la prison", explique Telmo Betancourt, commandant de police de la zone El Oro.

À l'origine de cette vague de mutinerie et d’attaques contre des policiers, l’annonce, le 7 janvier, de l’évasion d’un puissant narcotrafiquant.

Depuis quelques années, l’Equateur est devenu l’un des principaux lieux d’expédition de la cocaïne produite en notamment en Colombie.