Landes: un homme condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour actes de torture sur son ex-compagne

(Photo d'illustration) - AFP
(Photo d'illustration) - AFP

Un homme de 37 ans qui, menacé de "ne plus voir ses enfants", avait frappé son ex-compagne à coups de couteau dans les yeux pour qu'elle ne les voit "plus non plus", a été condamné mardi à 25 ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sureté de 16 ans.

Trente ans de réclusion criminelle et une période de sûreté de 20 ans avaient été requis devant la cour d'Assises des Landes contre Sébastien Joux, qui comparaissait depuis vendredi.

Il est "sourd de la douleur d'autrui, il était sourd des cris inhumains de son ex-compagne", avait accusé l'avocate générale Lucie Delage. "L'audience de Sébastien Joux porte tous les stigmates d'un auteur de violences conjugales", avait-elle poursuivi, ajoutant que les "enfants ont été les spectateurs privilégiés de cette scène d'horreur", ce que conteste l'accusé.

"J'ai subi quatre opérations"

Au soir du 28 juin 2019, dans la commune de Lit-et-Mixe, Sébastien Joux s'était rendu au domicile de la mère de ses trois enfants, dont il était séparé, et lui avait porté dix coups de couteaux au niveau des yeux, tout en la maîtrisant, à califourchon sur elle. "Il m'a dit que je ne verrais plus jamais", a témoigné lundi à la barre la victime, racontant qu'un de ses enfants, entendant ses hurlements, était descendu de l'étage en demandant "qu'est-ce que tu fais papa ?".

"C'est pour ça qu'il a arrêté, sinon je serais morte", a ajouté la jeune femme, dont le visage montre encore des cicatrices, malgré les greffes de peau. "J'ai subi quatre opérations, il m'en reste deux à faire".

Un casier judiciaire rempli

Après son interpellation sur les lieux, l'accusé avait raconté que la jeune femme l'avait appelé "pour l'injurier" et lui dire qu'il ne verrait "plus ses enfants". Il s'était rendu sur place et le ton était monté. "Elle ne voulait pas que je voie mes enfants, elle ne les verra pas non plus".

La jeune femme, âgée de 27 ans au moment des faits, a perdu l'usage de son oeil droit et sa vision de l'oeil gauche est depuis très atténuée.

Au cours des trois jours d'audience, Sébastien Joux a reconnu les faits reprochés, en minimisant les détails. L'avocate générale a rappelé que l'homme "n'a pas respecté un contrôle judiciaire. Il a déjà fait de la prison. Son casier judiciaire porte 17 mentions.".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles