L'ancien appartement de Frigide Barjot de "La manif pour tous" héberge une colocation LGBT

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ancien appartement de Frigide Barjot, égérie du mouvement politique
L'ancien appartement de Frigide Barjot, égérie du mouvement politique

PARIS - Une douce ironie. Ce jeudi 4 novembre, le média communautaire Komitid rapporte une information confirmée par le HuffPost: l’ancien logement social qu’occupait Frigide Barjot, figure de proue du mouvement “La manif pour tous”, est désormais devenu une colocation pour des jeunes LGBT en difficulté.

Pour rappel, en 2013, alors que la mobilisation contre l’adoption du mariage pour les couples de même sexebattait son plein, une polémique avait éclaté concernant l’humoriste et militante conservatrice, Virginie Tellenne de vrai nom (et celui par lequel elle se fait désormais appeler).

Dans les colonnes du Figaro, on apprenait que l’instigatrice de “La manif pour tous” occupait un très vaste logement social de 173m² avec plusieurs terrasse, le tout dans le XVe arrondissement à deux pas du Champ-de-Mars et de la Tour Eiffel. Et cela alors même que le couple qu’elle forme avec Basile de Koch possédait un autre appartement dans le Xe arrondissement. Le tout en payant -via leur société pour réduire leur imposition- un loyer bien en-deçà des prix du marché.

Une colocation lancée mi-septembre

Évoquant dans un premier temps une manœuvre politique pour la faire taire, Frigide Barjot et son mari avaient fini par quitter les lieux, non sans avoir auparavant nié toute volonté de profit et assurant n’avoir agi que de bonne foi.

Quoi qu’il en soit, huit ans après cet épisode, on apprend désormais par Ian Brossat, adjoint communiste en charge du logement à la mairie de Paris depuis 2014, que l’appartement est toujours géré par la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), mais qu’il a été confié à l’association Basiliade, qui a décidé d’en faire une colocation à destination de jeunes LGBT “en situation d’errance ou en difficultés”.

Auprès du HuffPost, l’élu ajoute que “la colocation (qui peut accueillir huit personnes, ndlr) a été lancée mi-septembre.” Il déplore tout juste de ne pas avoir encore eu l’occasion de mettre en lumière ce nouvel usage de l’appartement: “Cela aurait dû être inauguré il y a un mois, mais ça a été repoussé”, nous précise-t-il.

Comme le rappelle Komitid dans son article, ce n’est pas le premier logement social qu’ouvre l’association Basiliade à destination de personnes LGBT en situation précaire. En septembre, elle avait déjà inauguré le premier de quatre appartements prévus pour accueillir des personnes LGBT en exil.

À voir également sur le HuffPost: Quand Frigide Barjot comparait le mariage gay au...“mariage entre des animaux”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles