Publicité

L'Allemagne tentée de rétablir le service militaire obligatoire

Le nouveau ministre allemand de la Défense Boris Pistorius a fait savoir qu’à ses yeux l’abolition de la conscription en 2011 avait été une erreur. - Credit:THOMAS IMO / Photothek / dpa Picture-Alliance via AFP

La guerre en Ukraine et les nouvelles ambitions militaires allemandes alimentent le débat sur le retour du service militaire, mais les obstacles sont légion.

Le service militaire sera-t-il réintroduit en Allemagne ? La guerre en Ukraine et la nécessité de rendre plus performante l'armée allemande ont rouvert un vieux débat que l'on croyait enterré à jamais. C'est le tout nouveau ministre de la Défense Boris Pistorius qui a remis le sujet sur la table. Il y a quelques jours, il faisait savoir qu'à ses yeux l'abolition de la conscription en 2011 avait été une erreur. Le mur était alors tombé depuis deux décennies et l'éventualité d'une nouvelle guerre en Europe relevait de la science-fiction. Unifiée, entourée d'amis, l'Allemagne faisait des économies sur ses dépenses militaires et renvoyait les jeunes appelés à leurs foyers. Boris Pistorius évoque avec nostalgique cette époque révolue où « un conscrit était assis à la table d'une cuisine allemande sur deux ». Aujourd'hui, les jeunes peuvent se porter volontaires pour effectuer une année de service. Selon la Bundeswehr, ils n'étaient que 9 600 à avoir offert leurs services de leur plein gré en 2022.

Le ministre social-démocrate n'est pas le seul au sein de la coalition à vaguement évoquer un éventuel retour des jeunes dans les casernes. Marie-Agnes Strack-Zimmermann, présidente de la commission du Bundestag pour la Défense et membre du petit parti libéral, cite l'article 12a de la Constitution qui stipule qu'en cas d'agression militaire contre l'Allemagne tous les hommes à partir de 18 ans peuvent être appelés à rejoindre l'armée, les unités de contrôle aux fronti [...]

Lire la suite

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Est-ce qu’en livrant des armes, la France ou l’Europe seront menacées d’une riposte nucléaire ? Je ne crois pas"