La Russie tente de soutenir un chef de guerre libyen, selon le chef des forces armées américaines en Afrique

Un lien a été établi d'une manière "indéniable" entre la Russie et les forces du général rebelle libyen Khalifa Haftar (photo), a déclaré vendredi le chef des forces armées américaines en Afrique, confirmant le rôle croissant joué par Moscou en Libye. /Photo d'archives/REUTERS/Maxim Shemetov

WASHINGTON (Reuters) - Un lien a été établi d'une manière "indéniable" entre la Russie et les forces du général rebelle libyen Khalifa Haftar, a déclaré vendredi le chef des forces armées américaines en Afrique, confirmant le rôle croissant joué par Moscou en Libye.

Reuters a récemment annoncé que l'armée russe avait déployé des forces spéciales sur une base aérienne dans l'ouest de l'Egypte près de la frontière libyenne. La Russie a démenti cette information.

"Il y a des Russes sur le terrain dans cette région", a déclaré le général Thomas Malhauser du corps de Marines, ajoutant que les tentatives russes pour influencer la situation en Libye sont inquiétantes.

Les Etats-Unis ont observé des opérations des forces spéciales russes ainsi que des drones à Sidi Barrani en Egypte à une centaine de kilomètres de la frontière libyenne.

Des responsables et des diplomates américains estiment que cette initiative a pour but d'apporter un soutien au puissant chef rebelle Khalifa Haftar.

"Je pense que c'est désormais de notoriété publique, notamment dans la presse libre, que la Russie veut influencer ce qu'il se passe en Libye. Je pense qu'il y a désormais un lien indéniable entre les Russes et Haftar", a ajouté le général Thomas.

Plusieurs pays occidentaux dont les Etats-Unis ont dépêché des forces spéciales et des conseillers militaires au cours des deux dernières années en Libye, pays en proie à la guerre civile depuis la chute en 2011 du dirigeant Mouammar Khadafi qui était un allié de Moscou.

L'armée américaine a également mené des raids aériens pour chasser les combattants de l'Etat islamique qui avaient pris le contrôle de la ville côtière de Syrte l'an passé.

Le général Waldhauser a précisé que les Etats-Unis "maintiendraient une force" en Libye afin de travailler en collaboration avec le gouvernement libyen reconnu par l'Onu à Tripoli dans l'hypothèse d'une résurgence des rebelles de l'EI.

(Pierre Sérisier pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages