La pomme de terre, un allié contre le risque d’hypertension

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Cette photo représente une personne en train d'éplucher une pomme de terre.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les nutriments de la pomme de terre pourraient contribuer à réduire la rétention de sodium et le risque d’hypertension, selon une étude américaine.

Pour avoir la patate et une santé de fer, la pomme de terre serait un aliment de choix. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nutrients, la consommation régulière de pommes de terre agirait sur la réduction de la pression artérielle systolique, lorsque le cœur se contracte pour se vider. Pour cette recherche, l’équipe de nutritionniste de la Purdue University (Indiana, États-Unis) a analysé les données de 39 participants "pré-hypertendus" et hypertendus. L’hypertension artérielle (HTA) se définit par une augmentation anormale de la pression du sang sur la paroi des artères. La valeur normale de la pression artérielle est de 120/80, rappelle la Fédération française de cardiologie. Les volontaires ont suivi, à tour de rôle, un régime occidental standard (généralement pauvre en potassium), un régime occidental supplémenté en potassium et un régime comprenant des pommes de terre cuites au four, en bouillies ou en friture.

Vidéo. Dr Christian Recchia : "30% des personnes souffrant d'hypertension l'ignorent. C'est dramatique"

Le rôle clé du potassium

Les résultats suggèrent que le régime comportant des pommes de terre cuites au four ou bouillies a davantage d’effets bénéfiques sur la rétention de sodium et sur la pression artérielle systolique par rapport à un régime occidental témoin. De plus, malgré leur mauvaise réputation, les frites n’ont pas eu d’effet néfaste sur l’hypertension à raison d’une portion n’excédant pas 330 calories. Ainsi, les chercheurs mettent l’accent sur le rôle clé du potassium dans l’alimentation, et notamment sur la santé artérielle. "Il s'agit de l'une des premières interventions alimentaires contrôlées qui confirment que le potassium est un nutriment bénéfique sur le contrôle de la pression artérielle", affirment-ils. Cependant, l’étude présente quelques limites : la taille limitée du nombre de participants et la durée relativement courte, de 16 jours.

L’hypertension est une maladie chronique qui évolue de manière silencieuse, le plus souvent sans symptôme. Près d’un adulte sur trois est concerné en France, dont la moitié ne le sait pas. Pour diminuer le risque, l’Inserm rappelle qu’il est possible d’agir sur certains facteurs de risques modifiables comme adopter une alimentation saine et équilibrée et réduire l’apport en sel et en alcool.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles