La Grèce ne doit pas servir de "refuge" aux putschistes, dit Ankara

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu (photo), a exhorté mardi la Grèce à ne pas servir de "refuge" aux partisans du putsch manqué en Turquie en juillet 2016. /Photo prise le 24 octobre 2017/REUTERS/Umit Bektas (Reuters)

ANKARA (Reuters) - Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a exhorté mardi la Grèce à ne pas servir de "refuge" aux partisans du putsch manqué en Turquie en juillet 2016.

Depuis mai, les relations entre les deux Etats se sont crispées après le refus d'un tribunal grec d'extrader huit militaires turcs qui avaient fui à bord d'un hélicoptère pour rejoindre la Grèce.

La Turquie, qui accuse le prédicateur Fethullah Gülen d'avoir fomenté ce coup d'Etat, estime que ces hommes ont pris part aux efforts pour renverser le président Recep Tayyip Erdogan et a menacé de remettre en cause certains accords bilatéraux.

"Malheureusement, les tribunaux grec n'ont pas extradé (les huit soldats), et c'est une profonde déception", a dit Mevlut Cavusoglu, en conférence de presse avec son homologue grec, Nikos Kotzias.

"Nous ne voulons pas que notre voisin grec, avec qui nous avons amélioré nos relations, devienne un refuge pour les Gülenistes", a-t-il précisé, ajoutant que 995 personnes avaient demandé l'asile depuis juillet 2016.

Pour le ministre grec des Affaires étrangères, les décisions concernant les demandes d'asile sont prises par la justice grecque et doivent être respectées même si elles ne plaisent pas à tout le monde.

(Tulay Karadeniz; Arthur Connan pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles