La France décroche le bronze en ski de fond


SKI DE FOND – 14e médaille pour la France à PyeongChang grâce à Maurice Manificat et Richard Jouve en sprint libre par équipes.

La France prend le bronze grâce à Manificat et Jouve (Reuters).

Si en individuel les résultats de l’équipe de France de ski de fond ont été en deça des attentes, les Bleus se rattrapent en équipes à PyeongChang. Après la belle médaille de bronze au relais 4 x 10 km dimanche dernier, la France a récidivé ce mercredi en sprint par équipes messieurs. “On attendait les fondeurs français plutôt en individuel. C’est finalement par équipes qu’ils nous rapportent de belles médailles“, juge notre consultant Edgar Grospiron

Derrière l’intouchable Norvège, les deux relayeurs tricolores ont apporté la deuxième médaille française en ski de fond, la 14e au total pour la France. Les fondeurs français n’avaient jamais ramené deux médailles lors d’une même édition des Jeux. “Les différentes disciplines du nordique français (ski de fond, biathlon et combiné nordique) ont mutualisé leurs moyens pour profiter de l’expérience des uns et des autres. C’est une bonne décision quand on voit à quel point le nordique contribue aux médailles de l’équipe de France“, rappelle notre consultant.

 

Loin d’être favoris au départ, les Bleus ont parfaitement entamé leur relais. Si la Norvège, emmenée par l’intenable Johannes Klaebo (21 ans), s’est rapidement détachée, les deux hommes ont su rester dans le groupe de tête pour lutter avec l’Allemagne, la Suède et la sélection olympique de Russie pour la breloque. Au terme d’une course pleine de courage et d’abnégation, Jouve a coiffé le Suèdois au poteau pour offrir à son coéquipier sa deuxième médaille en Corée du Sud. Un beau cadeau pour ses derniers Jeux.

“Une grande pensée pour Lucas”
Après la course, les deux fondeurs ont rendu hommage à Lucas Chanavat, non retenu pour ce relais, au micro de France Télévisions : “C’est incroyable. Deux médailles en une olympiade. On a une grosse pensée pour Lucas. Il nous a été d’une grande aide, il était là pour repérer le parcours”, a expliqué Manificat.

La réaction de Richard Jouve : “Fallait être costaud, j’étais dans un bon jour, Maurice m’a amené le relais comme il fallait. Arrivé dans la dernière ligne droite, je savais que j’allais faire troisième, j’ai savouré. Quand je suis allé voir les distanceurs (les relayeurs du 4×10 km, ndlr) sur le podium, j’ai eu le déclic, je voulais y aller.”