RPT-La Cour constitutionnelle au-delà de ses prérogatives, dit le gouvernement turc

(Corrige coquilles dans la légende et le titre) Binali Yildirim, le premier ministre turc. Le gouvernement turc a déclaré vendredi que la Cour constitutionnelle était allée au-delà de ses prérogatives en ordonnant la veille la libération de deux journalistes détenus dans la foulée du coup d'Etat manqué de juillet 2016. /Photo prise le 19 juin 2017REUTERS/Costas Baltas

ISTANBUL (Reuters) - (Corrige coquille dans le titre)


Le gouvernement turc a déclaré vendredi que la Cour constitutionnelle était allée au-delà de ses prérogatives en ordonnant la veille la libération de deux journalistes détenus dans la foulée du coup d'Etat manqué de juillet 2016.

"En ce qui concerne les arrêts sur des requêtes individuelles, la Cour constitutionnelle ne peut pas agir comme une super cour d'appel et ne peut pas rendre des arrêts similaires à ces instances d'appel", a souligné le vice-Premier ministre, Bekir Bozdag.

"La Cour constitutionnelle a outrepassé la limite fixée par la constitution et par la loi", a-t-il ajouté sur son compte Twitter.

Le chef du gouvernement, Binali Yildirim, a précisé par la suite que le sort de Mehmet Altan et de Sahin Alpay dépendrait d'un tribunal ordinaire. "Que nous aimions ou non l'arrêt de la Cour constitutionnelle, l'autorité dépositaire de la décision, c'est le tribunal de première instance", a-t-il dit à la presse.

Jugeant que leurs droits avaient été violés, la Cour constitutionnelle a ordonné jeudi la libération des deux journalistes, détenus depuis plus d'un an pour "appartenance à une organisation terroriste" et "tentative de renversement" du gouvernement, des accusations qu'ils nient.

Mais dans la soirée, deux cours pénales décidaient coup sur coup de les maintenir chacun en détention.

En déplacement à Sofia, en Bulgarie, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prévenu qu'il n'y aurait aucun progrès dans les relations entre l'UE et Ankara tant que des journalistes seraient emprisonnés en Turquie.

"La Turquie s'éloigne de ses ambitions européennes passées et nous allons voir quel genre de progrès se produira dans les mois à venir. Mais il n'y a aucun progrès d'aucune sorte tant qu'il y aura des journalistes dans les prisons turques", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

D'après l'Association des journalistes turcs, quelque 160 journalistes sont actuellement détenus dans le pays, qui apparaît à la 155e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2017 par Reporters sans Frontières (RSF).


(Daren Butler avec Tuvan Gumrukcu à Ankara et Alastair Macdonald à Sofia; Henri-Pierre André pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages