Publicité

L’Ukraine revendique des attaques au cœur de la Russie, à des milliers de kilomètres du front

Les services ukrainiens de sécurité ont mené deux opérations de sabotage sur des trains transportant du carburant en Bouriatie, dans l’Extrême-Orient russe.

Kiev a revendiqué nombre d’attaques sur le territoire russe depuis le début de l’invasion en février 2022. Mais c’est bien la première fois qu’il s’agit opérations menées à des milliers de kilomètres du front.

Les services ukrainiens de sécurité (SBU) ont mené cette semaine deux opérations de sabotage sur des trains transportant du carburant en Bouriatie, dans l’Extrême-Orient russe.

La première attaque a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi dans le tunnel Bessolov de Severomouïsk, le plus long en Russie, a affirmé ce vendredi 1er décembre à l’AFP une source au sein des forces de l’ordre ukrainiennes, selon laquelle quatre engins explosifs ont été déclenchés lors du passage d’un train.

Les Ukrainiens ont ensuite visé une section alternative de la voie ferrée vers laquelle le trafic ferroviaire a été détourné après la première attaque, a assuré la source.

« Les Russes sont tombés deux fois dans le piège du SBU : un autre train transportant du carburant a explosé sur la Magistrale ferroviaire Baïkal-Amour » au moment où il « passait sur un pont haut de 35 mètres de haut », a-t-elle ajouté.

C’est la « deuxième étape de l’opération spéciale du SBU visant à mettre hors service cette importante ligne de chemin de fer » traversant la région frontalière de la Chine et de la Mongolie, a souligné la source.

Les chemins de fer russes se sont bornés à faire état jeudi sur Telegram d’un feu sur un train transportant du combustible dans le tunnel de Severomouïsk. Le trafic ferroviaire a été détourné vers une autre section, ont-ils ajouté.

Une enquête ouverte pour « acte terroriste »

Cependant, la chaîne Telegram Baza proche des services de sécurité russes et suivie par plus d’un million de personnes a fait état vendredi de « sabotage » ayant causé des explosions sur deux trains « dans la même zone » de la Bouriatie.

Les autorités ont ouvert une enquête pour « acte terroriste », a affirmé Baza qui a également publié deux courtes vidéos sur lesquelles on peut voir des wagons-citernes en flammes en pleine nuit.

Plus tôt dans la journée, les autorités russes ont annoncé l’arrestation d’un Russo-Italien « recruté » par le renseignement militaire ukrainien (GUR) et soupçonné de « sabotage ».

L’homme est accusé d’avoir lancé une attaque de drones contre un aérodrome militaire russe en juillet dernier et d’avoir organisé l’explosion d’une voie ferrée ayant entraîné le déraillement d’un train de marchandises dans le centre de la Russie.

Par ailleurs, l’armée russe avance « dans toutes les directions » en Ukraine, a assuré ce vendredi le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou. « Nos militaires agissent avec compétence et détermination, occupent une position plus favorable, et étendent leurs zones de contrôle dans toutes les directions », a-t-il affirmé.

Les capacités de combat des Ukrainiens ont été « considérablement réduites » après leur contre-offensive, a-t-il dit. La contre-offensive ukrainienne, déclenchée cet été après des mois de préparatifs, s’est figée dans le Sud et l’Est, sans progressions d’ampleur ni espoir de percée.

À voir également sur Le HuffPost :

Pourquoi, en Russie, les droits LGBT sont-ils particulièrement visés depuis la guerre en Ukraine

L’Ukraine et la Russie se battaient depuis 9 ans pour récupérer des trésors de Crimée, et l’Ukraine a gagné

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Les Ukrainiens sont condamnés à attendre que Monsieur Poutine accepte un cessez-le-feu"