Dans l’une des provinces les plus peuplées de Chine, 90 % de la population aurait été infectée par le Covid

Photo QILAI SHEN/NYT

Environ 88,5 millions de personnes ont eu le Covid-19 rien que dans le Henan. Voilà ce qu’a affirmé ce lundi 9 janvier Kan Quancheng, directeur de la commission santé de cette province de l’ouest de la Chine, lors d’une conférence de presse. Selon lui, près de 90 % de la population de cette région particulièrement peuplée aurait été touchée par la maladie. Il n’a pas précisé quand ces infections avaient eu lieu, mais plusieurs médias anglo-saxons considèrent qu’une majorité d’entre elles ont émergé après la fin de la politique “zéro Covid” du gouvernement.

“Ce décompte va à l’encontre des chiffres officiels mis en avant par Pékin”, assure le Times. Les autorités chinoises “affirment avoir enregistré seulement 120 000 cas positifs et 30 morts sur le plan national lors de cette nouvelle vague”. Mais plusieurs institutions internationales, comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mettent en doute les chiffres officiels chinois depuis que le pays a levé sa politique de tests systématiques et a changé sa définition d’un décès lié au Covid-19.

Selon le journal londonien, “il semblerait que les hôpitaux sont débordés par le nombre de patients et que les crématoriums ne peuvent gérer tous les décès”. Dans une interview à la télévision d’État CCTV, Liang Wannian, épidémiologiste de la Commission nationale pour la santé, a lui-même reconnu que la levée des restrictions sanitaires avait touché les populations les plus âgées. Il a néanmoins affirmé que celle-ci était justifiée, à un moment où la population était davantage protégée par la vaccination à grande échelle.

Nouvel An lunaire covidé

“Les chiffres avancés par d’autres villes et provinces sont aussi très différents de ceux mis en avant par le gouvernement central”, précise la BBC. À la fin de décembre, les autorités locales de la cité portuaire de Qingdao assuraient qu’un demi-million de personnes étaient contaminées par le virus quotidiennement. Ces déclarations ont depuis été supprimées, mais elles ont généré des critiques de la politique sanitaire du Parti communiste chinois sur les réseaux sociaux du pays. Des vidéos d’internautes contredisant les chiffres officiels ont par ailleurs été censurées.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :