Publicité

De l’or dans les yeux (France 2) - Stéphanie Pillonca : "On apprend davantage des plus faibles que des puissants"

Comment vous est venue l’idée de ce documentaire ?

Stéphanie Pillonca : C’est Alexia Laroche-Joubert, que je connais depuis longtemps, qui m’a présenté le projet des Special Olympics, fondés par Eunice Kennedy Shriver (soeur de John Fitzgerald, ndlr) en 1968 et portés par sa soeur Rosemary, déficiente mentale. On a donc rencontré la délégation française, qui participait à l’édition 2023, à Berlin (Allemagne). Parmi les soixante-dix athlètes, nous avons choisi de nous intéresser à Coraline, Jordan et Sulayman.

À lire également

JO 2024 - Football : quels pays affrontera l’équipe de France ?

Pourquoi avez-vous suivi ces trois personnes en particulier ?

J’aimais bien l’idée d’avoir des gens originaires de différentes villes de France (Cholet, Paris et Nice). C’est aussi une histoire d’autonomie, puisque la plupart d’entre eux n’ont jamais pris l’avion ou le train seuls, et loin de leur famille. C’est un extraordinaire défi .

Vous avez consacré de nombreux documentaires (C’est toi que j’attendais…), série ou téléfilms (Handigang…) au handicap. Pourquoi ce thème vous touche-t-il autant ?

On apprend davantage des plus faibles que des puissants. Notre société ne les valorise pas tellement, et cela m’a questionnée. J’éprouve une grande satisfaction personnelle à évoquer ces parcours, ces histoires compliquées, et ça vaut le coup de les mettre en lumière !

De l’or dans les yeux, mercredi 3 avril à 23h40 sur France 2

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi