Publicité

L’hiver 2023-2024 qui s’achève est le troisième plus chaud de l’histoire en France selon Météo France

Photo d’illustration : un hydrogéologue, Henri Got, se tient devant le faible niveau d’eau du lac de Villeneuve-de-la-Raho près de Perpignan, le 13 décembre 2023.
ED JONES / AFP Photo d’illustration : un hydrogéologue, Henri Got, se tient devant le faible niveau d’eau du lac de Villeneuve-de-la-Raho près de Perpignan, le 13 décembre 2023.

MÉTÉO - Un hiver trop doux, après une année trop chaude. L’hiver 2023-2024 est l’un des plus chaud jamais mesurées en France annonce Météo France ce jeudi 29 février. Avec des températures bien au-dessus des normales de saison et même « digne des valeurs printanières », il se classe au troisième rang des hivers les plus doux, derrière l’hiver 2020 et l’hiver 2016.

Météo : jusqu’à 27 °C enregistrés ce 15 février, après une première quinzaine anormalement douce

Sur l’ensemble de l’hiver météorologique, qui couvre les mois de décembre, janvier et février et qui est traditionnellement la période la plus froide de l’année, le mercure devrait dépasser « d’environ deux degrés » les normales de saison, selon les mesures du prévisionniste. « Après un épisode hivernal du 8 au 20 janvier, la douceur s’est installée sur la France avec des températures dignes de la période printanière », note Météo-France.

Ces chiffres sont d’autant plus notables que les normales actuelles sont calculées à partir des températures des trois décennies précédentes, elles-mêmes déjà plus chaudes que le climat de l’ère pré-industrielle.

Février 2024 se termine avec +3,6 °C

Plus encore, cet hiver s’achève par un mois de février hors normes, avec une moyenne de températures très élevée : + 3,6 °C au-dessus des normales. Il s’agit ainsi du deuxième mois de février le plus chaud jamais enregistré à l’échelle du pays, derrière celui de 1990 qui avait enregistré une anomalie de + 4 °C.

Ainsi février 2024 est le 25e mois d’affilée à ne pas passer sous les normales. Dans le détail, depuis février 2022, tous les mois ont été au-dessus des normales, excepté avril 2023, qui était tout juste conforme aux normales, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Pour Météo-France, cette « hausse des températures, conséquence du changement climatique, entraîne un raccourcissement de la saison hivernale : nos hivers sont moins froids qu’auparavant, les gelées durables et la neige en plaine deviennent de plus en plus rares ».

Un hiver très pluvieux et peu ensoleillé

Contrairement à l’an dernier, l’hiver 2023-2024 a connu un excédent de pluie d’environ 10 %. Une relative bonne nouvelle pour les nappes phréatiques, dont la situation reste néanmoins précaire, après de longs mois de sécheresse quasi ininterrompue, notamment dans certains départements comme les Pyrénées-Orientales.

L’enneigement, qui contribue lui aussi à alimenter les nappes et les cours d’eau au moment de la fonte printanière, reste en revanche déficitaire voire quasi nul en basse et moyenne montagne (Vosges, Jura, Massif central, Corse et Pyrénées) sur une grande partie de l’hiver.

Enfin, malgré des températures élevées pour la saison, l’hiver 2023-2024 a également été marqué par un manque de soleil sur une grande partie du pays. « Le déficit a atteint 10 à 30 % du Centre-ouest au Bassin parisien et aux Ardennes », note Météo-France. Seules les régions méditerranéennes et certaines zones du sud de l’Alsace ont connu un ensoleillement conforme à la saison.

À voir également sur Le HuffPost :

La fonte record du Groenland en 2023 pourrait être responsable d’une vague de chaleur cet été

Météo : les Pyrénées face à l’un des plus gros épisodes neigeux de l’hiver, après des semaines sans flocon