Publicité

L’ex-compagne d’Amélie Mauresmo condamnée pour harcèlement moral contre l’ancienne joueuse

L’ancienne numéro un mondial du tennis féminin avait porté plainte contre son ancienne compagne pour harcèlement moral, évoquant de multiples humiliations.

JUSTICE - Une victoire… judiciaire pour l’ancienne sportive. En pleine procédure de divorce, l’ex-tenniswoman française Amélie Mauresmo faisait face à son ancienne compagne au tribunal correctionnel de Bayonne. En cause ? Le harcèlement qu’Amélie Mauresmo estimait subir de la part de Marie-Bénédicte Hurel.

Amélie Mauresmo a porté plainte contre Marie-Bénédicte Hurel, sa femme, pour harcèlement

Ce mardi 13 février, la Française la plus titrée en simple depuis les débuts de l’ère Open a finalement obtenu gain cause après un procès à huis clos qui s’est tenu le 23 janvier, où elle s’était portée partie civile, comme le rapporte France Bleu.

L’ancienne compagne de la sportive a été condamnée à quatre mois de prison avec sursis après avoir été reconnue coupable de harcèlement moral, alors que le parquet avait initialement requis dix mois de prison avec sursis. Elle a également été condamnée à verser un euro symbolique de dommages et intérêts alors qu’elle contestait les faits.

« Humiliations, chantage, insultes »

Désormais, celle qui partageait la vie d’Amélie Mauresmo n’aura plus le droit de s’approcher d’elle ou du domicile de sa nouvelle compagne. Selon les informations du journal local, Amélie Mauresmo avait décidé de divorcer en 2023, après avoir partagé sa vie avec Marie-Bénédicte Hurel depuis 2014. Elles s’étaient d’ailleurs mariées en 2021.

Mais selon la défense de l’actuelle directrice du tournoi de Roland-Garros, son ancienne compagne tenait régulièrement des propos dénigrants et insultants à son encontre. Une histoire d’amour qui s’était d’ailleurs terminée par la garde à vue de son ex-compagne à Biarritz en septembre dernier.

« Humiliations, chantage, insultes rythmaient son quotidien, y compris par SMS », selon France Bleu. Amélie Mauresmo a d’ailleurs reçu une incapacité totale de travail (ITT) de dix jours à cause de cette relation devenue toxique.

Mais l’affaire ne semble pas être terminée, comme l’a indiqué l’avocat de la défense, qui a d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel de cette décision. « La prévenue a notablement été relaxée des faits de harcèlement moral au préjudice de la nouvelle compagne de celle dont elle est encore l’épouse… Elle a aussi été lavée de la poursuite selon laquelle elle aurait fait intrusion dans la boîte mail de la plaignante », s’est félicité Me Thierry Sagardoytho après avoir évoqué un « sursis simple, bien éloigné des réquisitions sévères du ministère public ».

À voir également sur Le HuffPost :

Paris saisit la justice après les insultes homophobes des ultras du PSG visant Anne Hidalgo

Antoine Vey, accusé de management « toxique », visé par une plainte pour des faits datant de 2017 et 2018

VIDÉO - Amélie Mauresmo remporte une victoire face à son ex-femme à qui elle est toujours mariée