Publicité

L’Europe taxe lourdement les voitures chinoises pendant que la Chine les célèbre

L’Europe considère avoir déjà des preuves solides pour envisager de sanctionner l’importation des voitures chinoises sur le territoire européen. L’enquête « anti-subvention » lancée en octobre 2023 par la Commission européenne doit encore s’étendre sur plusieurs mois. Toutefois, l’institution européenne prépare dès à présent la riposte en annonçant, le 5 mars 2024, collecter les informations sur les véhicules importés en provenance de Chine, comme le rapporte Automotive News Europe.

La décision de sanctionner financièrement les véhicules chinois ne pourra intervenir qu’à l’été, mais l’Europe n’exclut pas de rendre la décision rétroactive pour cibler également les véhicules entrés sur le territoire en début d’année. Le fichage des véhicules ciblés a d’ailleurs débuté au 5 mars.

Le sens du timing

Cette annonce tombe étrangement le jour où ces mêmes constructeurs ont été encensés par le gouvernement chinois pour leurs bons résultats. Ce 5 mars, les patrons des plus grands constructeurs chinois ont été invités à se rendre au congrès annuel du parti, où ils ont reçu une reconnaissance officielle pour leur influence croissante sur la scène mondiale.

La Chine a été longtemps dépendante des marques automobiles étrangères. Aujourd’hui, le pays ne cache pas ses ambitions de vouloir consolider et renforcer son influence internationale sur la voiture électrique. L’un des délégués du NPC a déclaré : « Nous devons aussi avoir nos propres marques chinoises globales qui sont reconnues par d’autres dans le monde entier.

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : BYD Seal en Europe // Source : BYD