Publicité

L’entrée de Rachida Dati au gouvernement fait exploser la droite parisienne en vue des élections municipales

L’entrée de Rachida Dati (ici le 10 février) au gouvernement fait exploser la droite parisienne.
MIGUEL MEDINA / AFP L’entrée de Rachida Dati (ici le 10 février) au gouvernement fait exploser la droite parisienne.

POLITIQUE - Déflagration lente. Deux mois et demi après l’entrée de Rachida Dati au gouvernement, son groupe à la mairie de Paris explose sous l’impulsion de Francis Szpiner. Le sénateur Les Républicains quitte en effet « Changer Paris », dont est membre la ministre de la Culture, pour créer un nouveau groupe de droite au Conseil de la capitale.

Élections européennes : Laurent Wauquiez au soutien de François-Xavier Bellamy et de sa candidature en 2027

« En politique, il faut se montrer responsable et avoir un peu de morale », assène le sénateur et conseiller de Paris dans les colonnes du Figaro ce jeudi 28 mars, en disant créer ce groupe « sur le terreau de la fidélité à des valeurs ». Pour lui, Rachida Dati n’est « plus en mesure d’incarner le rassemblement ».

Ayant accepté la proposition d’Emmanuel Macron de rejoindre le gouvernement de Gabriel Attal en janvier, Rachida Dati « affaiblit sa capacité d’unir les forces qui feront l’alternance attendue par les Parisiens », estime encore cet avocat, ancien maire du XVIe arrondissement.

Francis Szpiner part avec un quart des élus de la droite parisienne

Après sa nomination surprise, Rachida Dati a rapidement confirmé être candidate aux municipales de Paris, esquissant la possibilité d’une alliance entre le camp macroniste et Les Républicains. Mais le mal était fait pour le président des LR Éric Ciotti, qui a annoncé l’exclure du parti.

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy « a décidé de quitter LR pour une aventure personnelle qui nous fragilise collectivement », tacle encore Francis Szpiner dans Le Figaro, en lui reprochant de « faire campagne contre le candidat LR aux élections européennes » François-Xavier Bellamy. La ministre de la Culture a en effet participé au premier meeting de la campagne de Valérie Hayer, avec enthousiasme.

Le groupe de Francis Szpiner, dont la création a reçu le « plein soutien d’Éric Ciotti et Hervé Morin », respectivement présidents des Républicains et des Centristes, compte « pour le moment une douzaine » d’entre eux. Soit près d’un quart des 53 élus du groupe Changer Paris, qui était présidé par Rachida Dati jusqu’à son entrée au gouvernement.

En réalité, Les Républicains se retrouvent face à un dilemme : un sondage Ipsos pour La Tribune Dimanche la donne largement en tête des intentions de vote au premier tour, qu’elle soit sans rival à droite ou au centre (38 %), confrontée à Francis Szpiner (34 %), ou même à ce dernier et à l’ex-député Horizons Pierre-Yves Bournazel (30 %).

Le groupe « Changer Paris », déplore de son côté dans un communiqué une « initiative qui risque d’affaiblir la droite à Paris et qui intervient alors que les Parisiens expriment massivement leur rejet de la politique désastreuse entreprise par Anne Hidalgo ».

À voir également sur Le HuffPost :

Rachida Dati veut-elle fermer des écoles d’art ? La ministre précise sa déclaration très critiquée

JO de Paris 2024 : le choix d’Aya Nakamura pour chanter Édith Piaf validé par les belles-sœurs et héritières de la Môme