Publicité

L’avocat de Benzema dénonce "le chantage odieux" de Darmanin

"C’est honteux!" L’avocat de Karim Benzema Hugues Vigier ne décolère pas au lendemain de l’intervention de Gérald Darmanin sur le plateau de BFMTV. Jeudi, le ministre de l’Intérieur est longuement revenu sur ses paroles polémiques au sujet de l’avant-centre international français (97 sélections – 37 buts). Il a maintenu ses accusations concernant le lien "notoire" du joueur d’Al-Ittihad avec les Frères musulmans. "On ne peut pas avoir une indignation sélective", a notamment déclaré Gérald Darmanin. Une sortie qui n’a pas plu à Karim Benzema.

"Il a détourné le débat d’une manière scandaleuse"

Selon son avocat, l’ancien capitaine du Real Madrid est surtout en colère pour les conséquences de cette polémique sur ses enfants. "C’est d’une violence inouïe, c’est le résultat de propos inconsidérés, inadmissibles, d’un ministre de l’Intérieur notamment, peste son avocat sur BFMTV. Ce que nous attendions avec le ministre, c’est qu’il s’explique sur les propos qu’il a tenus, qui sont une accusation grave de liens étroits et qu’il disait notoires avec les Frères musulmans. Chacun aura compris qu’il n’a pas un seul argument pour soutenir ce qu’il avance puisque c’est faux. Mais qu’il a détourné le débat d’une manière scandaleuse avec un chantage odieux. Il instrumentalise aussi le professeur victime."

"Si votre accusation est juste, maintenez-là!"

Cette deuxième banderille est une réponse à la proposition du ministre de l’Intérieur. "Si Monsieur Benzema veut montrer sa bonne foi, et qu’il est capable de tweeter pour la mort du professeur, je retirerai mes propos", a suggéré Gérald Darmanin, évoquant la mémoire de Dominique Bernard, tué le vendredi 13 octobre au lycée Gambetta d’Arras.

"Est-ce que vous vous rendez compte de la manière dont c’est demandé", s’insurge Hugues Vigier. "Si les propos correspondent à une dénonciation exacte et aussi grave, ne retirez pas vos propos! Vous êtes ministre de l’Intérieur. Si votre accusation est juste, maintenez-là. En réalité, on essaye de faire oublier qu’on a tenu un propos inconsidéré, inadmissible et mensongers. On détourne le débat. "Monsieur Benzema, montrez que vous êtes un homme digne." "Faire un tweet dans ce contexte, moi je ne ferais pas", conclut l’avocat de Karim Benzema.

Article original publié sur RMC Sport