Publicité

L’Australie met fin à son tour au système de “visas dorés”

En ce début d’année, le gouvernement mené par le Parti travailliste australien a supprimé son système de “visas dorés”, initialement mis en place pour attirer de riches investisseurs en leur offrant un accès simplifié à des titres de séjours.

“Le programme Innovation et investissement des entreprises ne recevra plus de nouvelles demandes, précise The Australian. Les autorités vont désormais chercher à attirer des personnes plus qualifiées, ce qui devrait doper la richesse produite par les travailleurs étrangers, de 3 milliards de dollars australiens [plus de 1,8 milliard d’euros] au cours des dix ans à venir.”

Au total, de tels changements pourraient permettre de rapporter près de 120 milliards de dollars australiens (plus de 72 milliards d’euros) à l’économie australienne au cours des trente prochaines années, selon les données compilées par l’institut Grattan (l’un des principaux groupes de réflexion australiens) et citées par le journal de centre droit. Car le pays devrait attirer des profils plus jeunes, qui partiront moins vite en retraite et pèseront donc moins sur les services publics australiens.

“Trois fois bonne chance”

La nouvelle législation entend aussi mieux lutter contre la criminalité internationale. Ces dernières années, “nombre de pays qui proposaient des visas dorés ont arrêté pour empêcher certains responsables étrangers corrompus de déposer leur richesse dans des pays ‘sûrs’”, précise The Australian. L’Australie était jusqu’ici l’un des seuls États occidentaux offrant encore la possibilité d’obtenir un visa – et dans certains cas la nationalité australienne – à condition d’investir plus de 5 millions de dollars (un peu plus de 3 millions d’euros) dans l’économie nationale.

Pour le quotidien de Sydney, la fin des visas dorés pourrait avoir un effet sur la nature de l’immigration dans le pays. Jusqu’ici, ce système visait majoritairement “et ouvertement” de riches Chinois, qui représentaient 90 % des détenteurs de ce type de titre de séjour, rappelle-t-il. “Cette catégorie de visa portait le numéro 888 – ce qui signifie ‘trois fois bonne chance’ dans la numérologie chinoise.” Si elle n’exclut pas les ressortissants chinois, la nouvelle législation mise en place par le gouvernement australien se veut bien plus ouverte à la diversité, dans un pays aux prises avec un important manque de main-d’œuvre.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :