Publicité

L’athlète Jimmy Gressier visé par une plainte pour harcèlement sexuel sur une athlète

Accusé de harcèlement sexuel par une athlète et partenaire d’entraînement à l’Insep, Jimmy Gressier nie l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.
JOHN THYS / AFP Accusé de harcèlement sexuel par une athlète et partenaire d’entraînement à l’Insep, Jimmy Gressier nie l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.

JUSTICE - Décidément, les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour le sport français. Alors que le patron des JO de Paris 2024 fait l’objet d’une enquête portant sur sa rémunération, l’athlète français Jimmy Gressier est également dans le viseur de la justice ce mardi 6 février.

Violences sexuelles : des cadres de fédérations sportives accusés d’avoir menti visés par une enquête

Le sportif spécialiste des épreuves d’endurance est visé par une enquête pour harcèlement sexuel ouverte par le parquet de Paris. Elle fait suite à un signalement reçu en octobre dernier, comme l’indique l’AFP, confirmant l’information dévoilée lundi par le journal L’Équipe.

Ce signalement, émis par le directeur de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep), a donc abouti à l’ouverture d’investigations, confiées au commissariat du XIIe arrondissement de la capitale. Selon le média sportif, l’athlète tricolore de 26 ans est mis en cause « par une ancienne partenaire d’entraînement, Claire Palou ».

Cette dernière aurait évoqué « des comportements ou propos inappropriés » étalés sur plusieurs mois, alors que les deux sportifs ont partagé une relation consentie par le passé et qu’ils continuent de se côtoyer au sein de l’Insep.

Gressier nie l’ensemble des faits

Depuis ce premier signalement, effectué par Claire Palou le 14 avril et prolongé par un rencontre avec l’infirmière de l’Insep, le 2 mai, Jimmy Gressier a été entendu par la Fédération française d’athlétisme (FFA) dans le cadre d’une enquête disciplinaire.

L’Équipe ajoute que le patron de l’Insep, Fabien Canu, a également demandé une rencontre avec le coureur de 5 000 mètres. Elle a eu lieu début juillet, comme il l’indique lui-même au journal. Jimmy Gressier avait alors nié l’ensemble des faits qui lui sont reprochés. Une version inchangée ce mardi comme l’indique l’avocat de l’athlète, qui affirme au journal sportif que son client « conteste les faits, attend les suites de cette enquête judiciaire et réserve ses explications à la justice ».

Entendu en juillet par sa fédération, Jimmy Gressier n’avait alors reçu aucune sanction disciplinaire. Sans remettre « aucunement en cause les faits qu’aurait pu vivre Madame Palou, il ne peut établir avec certitude la matérialité des faits reprochés à Monsieur Gressier », avait alors conclu la commission de discipline de la FFA. Pour autant, elle invitait Jimmy Gressier à être « vigilant aux propos qu’il tient et à son positionnement, notamment vis-à-vis des femmes ».

Auprès de L’Équipe, David Lappartient, président du comité national olympique et sportif français demande surtout que cette affaire soit traitée « avec la célérité nécessaire pour que des éléments fermes nous permettent de prendre une décision avant les Jeux », d’autant plus pour un « athlète susceptible de participer aux JO ».

À voir également sur Le HuffPost :

À six mois des JO de Paris, découverte du siège du Cojo, une fourmilière qui grossit chaque semaine

JO de Paris 2024 : voici à quoi ressemblera la cérémonie d’ouverture sur la Seine