Publicité

L’astéroïde Bennu vient-il d’un monde océanique passé ?

Collectés en 2020 par la sonde Osiris-Rex de la Nasa, l’agence spatiale américaine, et arrivés sur Terre en septembre 2023, les échantillons de l’astéroïde Bennu, vieux de 4,6 milliards d’années, commencent à livrer leurs premiers secrets. Pas de publication scientifique à ce jour mais les confidences du principal investigateur de la mission américaine, le chercheur Dante Lauretta, de l’université d’Arizona, aux États-Unis. “Mon hypothèse de travail, c’est que [ces échantillons] proviendraient d’un ancien monde océanique”, a-t-il indiqué à New Scientist.

Ce monde ancien, datant des premiers temps du Système solaire, aurait été un planétisimal, c’est-à-dire une planète naissante sur laquelle auraient régné des conditions favorables à l’apparition de la vie. Mais ce planétisimal aurait “été détruit par une collision et transformé en des milliers d’astéroïdes, parmi lesquels Bennu”, raconte l’hebdomadaire britannique.

Cette hypothèse est née des premières analyses du matériau, notamment par diffraction des rayons X, qui ont révélé la présence dans la roche de minéraux bien particuliers, les serpentinites. Or, indique New Scientist, “sur Terre, ces minéraux se forment quand la roche du manteau se trouve au contact de l’eau de mer”.

Des mystères qui attisent la curiosité

Autre spécificité : la roche est recouverte d’une couche d’un matériau brillant, un minéral riche en calcium et en magnésium, d’après Dante Lauretta, qui révèle qu’il n’a “jamais rien vu de tel auparavant”. Cela dit, New Scientist se souvient qu’un matériau similaire a été découvert dans le panache d’eau expulsé de la surface d’Encelade, une des lunes de Saturne, qui abrite un océan sous sa croûte de glace et qui est la meilleure candidate, hormis la Terre, en matière d’habitabilité dans le Système solaire.

Dante Lauretta va même plus loin puisqu’il révèle au magazine qu’il aurait remarqué aussi la présence de petites structures ressemblant à des bulles, qu’il a nommées des “nanoglobules”, lesquels pourraient s’avérer être des protocellules, c’est-à-dire des ébauches de cellules.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :