Publicité

L’Apple Vision pro vient de sortir, mais le casque de réalité augmentée est déjà en danger

L’Apple Vision pro vient de sortir, mais il est déjà en danger
Le HuffPost L’Apple Vision pro vient de sortir, mais il est déjà en danger

TECHNOLOGIE - Il coûte 3 500 dollars, il est moins laid qu’un casque de réalité virtuelle, et il est disponible depuis ce vendredi 2 février dans les magasins américains : l’Apple Vision Pro, les lunettes de réalité augmentées présentées en juin dernier, est déjà dans les mains des plus enthousiastes, dont certains ont fait la queue durant des heures. Mais il y a un problème : au bel objet plein de promesses, il manque déjà presque l’essentiel.

Avec son mélange de réalité virtuelle et augmentée, le casque est censé réinventer non seulement nos réunions en ligne, mais aussi à peu près tout ce nous faisons, ou ce que nous ne faisons pas encore, sur Internet. Travail, divertissement, discussions, découvertes… comme souvent avec les produits Apple, ce ne sont pas les ambitions qui manquent. Mais cette fois, ce pourrait bien être les partenaires. Et pas des moindres.

Les géants de la tech ont la dent dure

C’est ainsi qu’en plus de Facebook (concurrent direct avec son casque VR), Youtube, Spotify ou encore Netflix ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils ne prévoyaient pas de lancer une application pour le fameux bijou technologique. Ce qui a de quoi refroidir les amateurs de contenus en tous genres. Pourquoi cette bouderie ? Une histoire de gros sous, mais pas seulement.

Au cœur du problème, celui qui concentre les critiques depuis plusieurs années : l’App store. Les géants du web reprochent en effet à la société de Tim Cook de pratiquer des marges inacceptables sur sa boutique en ligne, et d’abuser de sa position. Techniquement, tous les services achetés via l’app store doivent passer par la solution de paiement d’Apple, et pour cela, la firme récupère un pourcentage systématiquement. Et la douloureuse n’a rien d’indolore : 30 % des paiements sont reversés à Apple (15 % pour les petits développeurs).

Cette critique n’a d’ailleurs vraiment rien de nouveau. C’est pour cette même raison que Netflix n’était pas disponible sur l’Apple TV à son lancement et ne l’est plus sur l’iTunes Store. C’est également à ce motif qu’Epic Games, le studio derrière le très célèbre Fortnite, est en procès quasi permanent avec Apple depuis 2021, et que le jeu vidéo n’est plus accessible via l’App Store.

Mais si l’Apple TV est un (relatif) succès et que le reste des produits Apple subissent le même boycott sans que cela semble leur nuire, pourquoi l’Apple Vision en souffrirait ? D’abord parce que Youtube et le contenu qu’il propose n’ont pas vraiment d’équivalent sur internet, et Spotify et Netflix sont des offres pour beaucoup indissociables de l’expérience en ligne.

Ensuite parce que commencer la vie d’un accessoire avec le dédain marqué des plus grands acteurs de la tech peut être la recette d’un échec programmé. Un peu comme une console de jeux qui se lancerait sans jeu ne mettrait pas tous les atouts de son côté… Demandez à l’Apple Pippin, la console morte née qui a été l’un des plus gros échecs industriels dans années 90 pour la marque à la pomme.

À voir également sur Le HuffPost :

La série « Nudes » sur Prime Video montre toutes les facettes des violences sexuelles en ligne

Mark Zuckerberg, patron de Meta, auditionné au Sénat des États-Unis et conspué par les élus