Publicité

L’Apple Vision Pro vient de sortir, et le casque de réalité virtuelle et augmentée donne déjà des idées aux Américains

L’Apple Vision Pro, le casque lancé en grande pompe par la marque à la pomme connaît déjà des dérives, moins de deux jours après sa sortie aux États-Unis.

TECHNOLOGIE - Comme pour tout, il y a un lieu et un temps pour utiliser l’Apple Vision Pro, le casque en réalité virtuelle et augmentée de la marque à la pomme sorti vendredi 2 février aux États-Unis. Or si cela fait moins de 48 heures qu’il est disponible à l’achat pour 3 500 dollars, son utilisation a déjà conduit à des situations cocasses, voire parfois dangereuses.

L’Apple Vision pro vient de sortir, mais le casque de réalité augmentée est déjà en danger

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article, l’un des nouveaux propriétaires de l’Apple Vision Pro a par exemple eu la mauvaise idée de l’utiliser tout en conduisant de sa Tesla. On le voit avoir tout juste une main sur le volant, préférant les utiliser pour naviguer sur son casque en réalité augmentée pendant que le pilote automatique du véhicule fait le reste. Cette vidéo devenue virale n’est évidemment pas à reproduire, au risque de provoquer un accident.

Des avis mitigés

Si Tim Cook, PDG d’Apple parle d’un « appareil révolutionnaire », les lunettes à réalité augmentée et les casques de réalité virtuelle ou mixte ne sont pourtant pas nouveaux.

Meta (Facebook, Instagram), voisin d’Apple dans la Silicon Valley, a ainsi largement contribué à faire émerger ce marché avec ses casques Quest et ses lunettes Ray-Ban, mais aussi en matraquant l’idée que l’avenir d’Internet serait dans une sorte de « métavers », soit un univers virtuel où se mélangent nos environnements physique et numérique.

Mais malgré ces premières avancées, les entreprises, experts et particuliers qui croient à ce futur attendaient avec impatience le premier appareil d’Apple. Car la marque à la pomme a la réputation de ne lancer que des produits ultra-perfectionnés, qui donnent le « la » au reste de l’industrie. En l’occurrence, les premières critiques sont mitigées, surtout étant donné le prix prohibitif.

Manque d’applications

Les testeurs se disent bien fascinés par la qualité de l’image et la facilité d’utilisation : il suffit de fixer des yeux une application et de taper des doigts pour l’ouvrir ou la fermer. Mais ils s’agacent que la batterie soit encombrante et se moquent des « personas », ces étranges avatars photoréalistes qui représentent les utilisateurs lors de visioconférences.

À cela s’ajoute un problème majeur : le manque d’applications disponibles sur l’App Store et compatible avec l’Apple Vision Pro. Des plateformes très populaires, comme Netflix ou YouTube, ont choisi de ne pas concevoir d’applications ad hoc pour le Vision Pro pour le moment. Si seulement 150 applications étaient initialement prévues, Apple a mis les bouchées doubles (et même quadruple), en annonçant, jeudi, qu’il en comptait finalement plus de 600.

À voir également sur Le HuffPost :

Il y a 40 ans sortait le premier Mac et son marketing n’était pas moins révolutionnaire

Avec le froid, les batteries de nos téléphones ou vélos électriques perdent en autonomie et voici pourquoi

VIDÉO - 5 choses à savoir sur Apple