Publicité

L’Amour vache (France 5) : La détresse d'éleveurs de bovins, contraints d'abattre leur troupeau

Au printemps 2020, Bernard et Sylvie Dahetze, éleveurs à Ozenx-Montestrucq dans le Béarn, apprennent que tout leur troupeau de Blondes d'Aquitaine doit être abattu en raison d'un cas de tuberculose détecté sur une seule vache. Effondré, le couple va se battre pour affronter ce drame. Comme nombre de leurs confrères, ceux-ci travaillent dur pour gagner peu. Les enfants d'agriculteurs renoncent d'ailleurs souvent à reprendre les fermes familiales, et les exploitations disparaissent...

À lire également

Au nom de la terre (France 2) : Le geste symbolique du réalisateur qui a ému Guillaume Canet

Il y a trois ans, Bernard et Sylvie Dahetze ont vécu un enfer. En plein confinement, ces éleveurs d’Ozenx-Montestrucq (Pyrénées-Atlantiques) ont dû se résoudre à abattre toutes les vaches et les veaux de leur troupeau. L’une de leurs bêtes a été testée positive à la tuberculose, et cela a entraîné cette décision conseillée par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP). Impuissants, ils lancent alors un appel de détresse à Édouard Bergeon, brillant réalisateur du film Au nom de la terre (2019), avec Guillaume Canet. Il a accepté de les accompagner et de filmer avec pudeur les dernières heures de cette terrible épreuve. Celles qui les séparent du départ des bovins vers l’abattoir. « J’ai un lien très fort avec mes bêtes », souffle un Bernard, très affecté. Fin 2022, Édouard Bergeon, qui a soutenu le couple durant ces trois dernières années, a aussi capté l’arrivée tant attendues des nouvelles vaches. Mais aussi ce contrôle de la DDPP, qui fait resurgir les démons du passé…

L’Amour vache, dimanche 5 mars à 20h55 sur France 5

THOMAS GAETNER

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi