Publicité

L’alunisseur américain Peregrine disparu, probablement désintégré, après avoir raté la Lune

Peregrine n’a jamais pu atteindre son objectif Lune, à cause d’une « anomalie » parvenue peu après sa séparation d’avec la fusée Vulcan.
Astrobotic Peregrine n’a jamais pu atteindre son objectif Lune, à cause d’une « anomalie » parvenue peu après sa séparation d’avec la fusée Vulcan.

ESPACE - Des années de travail pour se retrouve à errer en poussière dans l’univers. Astrobotic Technology a annoncé, ce vendredi 19 janvier, avoir perdu le contact avec l’alunisseur de la mission Peregrine. Lancé en début de semaine dernière, ce dernier n’était pas parvenu à atteindre son but : une fuite de carburant en plein vol l’a empêché de pouvoir se poser en douceur sur la Lune, comme prévu.

Peregrine est sur le point de se crasher sur la Terre, et ses restes humains avec elle

L’alunisseur a été volontairement perdu, probablement désintégré en rentrant dans l’atmosphère terrestre, a annoncé la start-up ayant conçu l’appareil. Sur X (ex-Twitter), l’entreprise indique avoir perdu le contact avec son appareil ce jeudi vers 21 heures GMT (22 heures à Paris) à l’issue de son retour vers la Terre, « au-dessus de l’eau dans le Pacifique Sud ». Astrobotic attend désormais une confirmation des autorités pour sceller le sort de l’engin.

L’entreprise a dû évaluer comment mettre fin à la mission en tenant compte des incertitudes liées à la fuite, et sans risquer de créer de problèmes pour les satellites en orbite terrestre, ni de débris en orbite lunaire. Elle avait finalement annoncé ce week-end avoir pris « la difficile décision » de maintenir une trajectoire dirigeant l’alunisseur vers la Terre, même s’il aurait peut-être pu continuer à opérer durant « des semaines ».

« Le vaisseau brûlera dans l’atmosphère terrestre »

« Nous ne pensons pas que la rentrée de Peregrine pose des risques de sécurité, et le vaisseau brûlera dans l’atmosphère terrestre », avait alors écrit Astrobotic. L’entreprise a dirigé l’appareil, à peu près de la taille d’une petite voiture de golf, de façon à « minimiser le risque que des débris ne tombent au sol ».

Si Pergrigrine n’a pas atteint la Lune, son alunisseur a toutefois pu continuer à opérer dans l’espace. Il a récolté des données de vol utiles pour une prochaine tentative, et permis même de réaliser des expériences à bord, envoyées notamment par la Nasa, comme la mesure de radiations. L’appareil a aussi pu capturer quelques belles images, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Astrobotic prévoit une conférence de presse ce vendredi pour revenir sur l’intégralité de la mission, qui visait le premier atterrissage d’un appareil américain sur la Lune depuis plus de 50 ans, et le premier d’une entreprise privée.

À voir aussi sur Le HuffPost :

SpaceX lance la mystérieuse navette américaine X-37B lancée pour une nouvelle mission

La Corée du Nord lance un satellite espion mystérieux, ce que l’on sait de la manœuvre