Publicité

L’Allemagne restreint l’accueil des migrants : stratégie politique ou nécessité ?

L'Allemagne est un pays d'immigration. Plus de trois millions de réfugiés et de demandeurs d'asile y vivent, plus que dans n'importe quel autre pays européen.

Si les migrants rêvent de l'Allemagne, de son marché du travail dynamique et de ses prestations sociales généreuses, le système d'accueil atteint ses limites : l'année dernière, les demandes d'asile ont augmenté de plus de 50 %.

L'extrême droite, de plus en plus populaire, accuse le gouvernement de ne pas être en mesure de maîtriser l'urgence migratoire. C'est dans ce contexte que le chancelier Olaf Scholz a pris la décision historique de durcir la politique migratoire.

Dans le plus grand camp de réfugiés d'Allemagne

C'est dans l'ancien aéroport de Tegel, à Berlin, que la crise des migrants est la plus visible. Les autorités ont ouvert ce qui est désormais un centre pour réfugiés en 2022, lorsque les réfugiés ukrainiens arrivaient par milliers dans la capitale, chaque jour. Aujourd'hui, ils sont plus d'un million.

Tegel est devenu le plus grand camp de réfugiés d'Allemagne. Environ 5 000 réfugiés et demandeurs d'asile y vivent. Il a été agrandi à plusieurs reprises et peut désormais accueillir jusqu'à 7 000 personnes.

Près de 300 000 personnes ont demandé l'asile en Allemagne en 2023. Ce chiffre est le plus élevé depuis 2015, année où l'Allemagne a accueilli plus d'un million de personnes, principalement des Syriens. Aujourd'hui, les arrivées sont si nombreuses que des réfugiés ont même été placés dans des hôtels : l'ensemble du système d'accueil est au bord du gouffre et l'intégration en souffre.

Des discussions politiques agitées

Les débats politiques autour de l'immigration se sont enflammés lorsque le parti d'extrême droite, l'AfD, a remporté une victoire historique lors d'élections locales, l'année dernière.

Des contrôles aux frontières avec la Pologne, la Suisse et la République tchèque sont déjà en place. Les aides pour les demandeurs d'asile vont être réduites. Cette nouvelle politique consiste à décourager les nouveaux arrivants.

"Avec ces chiffres vraiment importants et ce sentiment de perte de contrôle de la part de nombreux électeurs, le discours est devenu beaucoup plus agité", explique David Kipp, expert en migration pour l'Institut allemand pour les affaires internationales et la sécurité.

En janvier, plus d'un million de personnes ont manifesté dans tout le pays contre la montée de l'extrême droite. Cette mobilisation a fait suite aux révélations d'un média d'investigation selon lequel l'AfD a discuté avec des néo-nazis de plans d'expulsion massive d'étrangers et d'Allemands d'origine étrangère.

L'énorme vague de protestations a eu un impact sur les élections locales de janvier, l'AfD ayant subi une courte défaite.