L’Allemagne livrera-t-elle des chars Leopard à l’Ukraine ?

Photo RADOVAN STOKLASA/REUTERS

“Un tabou vient de sauter.” En Allemagne, l’annonce de la livraison de véhicules d’infanterie Marder en Ukraine a été considérée comme la preuve que le social-démocrate Olaf Scholz pouvait surmonter ses réticences à fournir à Kiev des armes lourdes de fabrication occidentale, rapporte Der Spiegel. Mais, pour le journal de gauche, “une question s’impose” depuis la confirmation gouvernementale de ces envois :

“Le tabou suivant – la livraison de chars de combat de type Leopard 2 – connaîtra-t-il le même sort ?”

Plusieurs pays européens, dont la Pologne et la France, insistent pour que ces engins de fabrication allemande soient envoyés en soutien aux Ukrainiens. Ces derniers réclament d’ailleurs depuis des mois de telles armes, qu’ils jugent cruciales pour gagner la guerre contre la Russie. Une demande pour obtenir des modèles plus anciens, des Leopard 1, a par ailleurs été déposée en avril 2022 en Allemagne.

“Mais, pour le moment, le gouvernement fédéral refuse toujours de fournir à Kiev des Leopard [de première comme de seconde génération]. Dans son communiqué, la chancellerie n’a d’ailleurs fait aucune mention de ces chars lourds.” Et ce malgré les pressions de ses partenaires de coalition écologistes et libéraux, prêts à soutenir davantage Kiev contre Moscou.

La peur de dépasser “une ligne rouge”

“Si le chancelier espérait que l’annonce de la livraison de véhicules de combat d’infanterie lui offrirait enfin un peu de tranquillité sur la question du soutien militaire à l’Ukraine, il se trompait lourdement”, commente le Spiegel.

Pour ses alliés, son argument selon lequel Berlin ne doit pas envoyer unilatéralement des armes lourdes à Kiev ne tient plus depuis que la livraison de véhicules Marder et d’une batterie du système antiaérien Patriot a été confirmée. D’autant que le Royaume-Uni envisagerait d’envoyer des chars Challenger 2 aux Ukrainiens. Et que Varsovie serait prêt à livrer ses propres Leopard à Kiev, si Berlin donnait son accord au réexport des chars allemands vendus à la Pologne.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :