Publicité

Dans l’affaire du Penelope Gate, François Fillon tente une dernière fois d’échapper à ses condamnations

Condamné à un an de prison ferme et dix ans d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs, l’ancien Premier ministre tente une nouvelle fois de faire annuler le jugement.

POLITIQUE - Étape décisive dans l’affaire Fillon : la Cour de cassation examine à partir de ce mercredi 28 février les pourvois de l’ancien Premier ministre François Fillon, de son épouse et de son ex-suppléant, condamnés pour des emplois fictifs à l’Assemblée nationale.

Dans sa décision qui doit être rendue plusieurs semaines après l’audience, la Cour de cassation peut rejeter ces recours, rendant les peines définitives. Mais elle peut aussi casser la décision de la cour d’appel, partiellement ou totalement, et ordonner un nouveau procès.

Le 9 mai 2022, la cour d’appel de Paris a prononcé à l’encontre de l’ex-locataire de Matignon, aujourd’hui âgé de 69 ans, une peine de quatre ans d’emprisonnement dont un an ferme, 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité pour des emplois de collaboratrice parlementaire fictifs de sa femme. Pénélope Fillon s’est vue infliger deux ans de prison avec sursis ainsi que 375 000 euros d’amende et Marc Joulaud, ancien député suppléant de François Fillon dans la Sarthe, trois ans de prison avec sursis, avec des inéligibilités respectives de deux et cinq ans.

Les prévenus ont en outre été condamnés à verser 800 000 euros de dommages et intérêts à l’Assemblée nationale.

Trois enjeux à la Cour de Cassation

Les trois protagonistes ont toujours protesté de leur innocence depuis l’explosion du « Penelopegate » en 2017, en pleine campagne présidentielle dans laquelle François Fillon était le candidat de la droite et du centre. Ils ont tous trois formé des pourvois devant la Cour de cassation, qui contrôle le respect des règles de droit et non le fond des litiges.

Mercredi à 10H00, la haute juridiction se penchera sur les arguments des avocats au conseil François-Henri Briard et Patrice Spinosi. L’avocat général s’est prononcé pour un rejet de toutes les critiques formulées sauf une, et il a proposé une solution juridique qui clôturerait l’affaire, a-t-on appris de source proche du dossier.

Premier enjeu de cette audience, la Cour doit déterminer les conséquences d’une décision constitutionnelle. Dans le cadre du pourvoi, Me Briard a soulevé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) qui a été transmise au Conseil constitutionnel. Sans se prononcer sur le fond, ce dernier a abrogé le 28 septembre 2023 un alinéa d’un article de loi qui concerne les délais dans lesquels un justiciable peut soulever des nullités de procédure.

Par la suite, la Cour de cassation pourrait estimer qu’il faut réexaminer la demande d’annulation de la procédure - qualifiée de « biaisée » par la défense de François Fillon - et ordonner un entier nouveau procès.

Elle pourrait aussi estimer que la cour d’appel a déjà suffisamment motivé sa décision pour rejeter cette demande et qu’un troisième procès n’est pas nécessaire.

Les avocats au conseil soulèvent d’autres arguments : ils soutiennent notamment que les faits sont prescrits et que les prévenus ne peuvent être déclarés coupables de détournement de fonds publics, complicité et recel, selon une source proche du dossier. Ils contestent par ailleurs deux éléments du volet civil de l’affaire, mais aussi la motivation de la peine de prison ferme prononcée contre François Fillon, ainsi que les condamnations pour complicité d’abus de biens sociaux concernant l’emploi de Pénélope Fillon à la Revue des deux mondes.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost : 

François Fillon à l’Assemblée pour s’expliquer sur la Russie

Sur ses liens avec la Russie, François Fillon se défend de toute ingérence

VIDÉO - François Fillon condamné à un an de prison ferme : retour sur l'affaire des emplois fictifs