Publicité

L’Adidas Arena de la porte de la Chapelle inaugurée à moins de 200 jours des Jeux olympiques de Paris

L’Adidas Arena, porte de la Chapelle à Paris, accueillera le badminiton et la gymnatisque artistique pendant les Jeux olympiques.
ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP L’Adidas Arena, porte de la Chapelle à Paris, accueillera le badminiton et la gymnatisque artistique pendant les Jeux olympiques.

PARIS - Au cœur de l’été, elle accueillera le badminton, la gymnastique, le para-badminton puis la para-haltérophilie. L’Adidas Arena construite porte de la Chapelle à Paris pour les Jeux olympiques est inaugurée ce dimanche 11 février à 166 jours de la cérémonie d’ouverture. C’est son futur club résident, le Paris Basketball, qui essuie les plâtres en accueillant Saint-Quentin pour la 23e journée du championnat de France.

Jeux olympiques et paralympiques de Paris : comment 18 g de tour Eiffel se retrouvent dans chaque médaille

Suivront plusieurs événements internationaux, (sports urbains, badminton…) sur les sports urbains, avant la grand-messe olympique et paralympique du 26 juillet au 11 août puis du 28 août au 8 septembre.

À partir du 15 septembre, le Paris Basketball qui ambitionne de remettre la capitale au sommet du basket français et européen y jouera tous ses matches à domicile devant 8000 spectateurs. Des concerts et spectacles pouvant accueillir 9000 personnes y seront aussi organisés.

L’Arena à laquelle Adidas a accolé son nom pour 2 millions d’euros par est « la salle de capacité intermédiaire » qui manquait à Paris selon Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie. Car hormis l’Accor Arena de Bercy et ses 17 000 places, Paris ne compte pas d’autre grande salle de sport. Ni le stade Pierre-de-Coubertin ni la Halle Georges-Carpentier ne dépasse en effet les 4500 places.

Les JO ont donc été l’occasion de faire sortir de terre cet équipement, le seul équipement construit dans Paris intra-muros pour l’événement. Pour 138 millions d’euros (dont un tiers payé par les Jeux), la salle dont l’intérieur a des faux-airs de Bercy a trouvé sa place dans le nord de la capitale dans un quartier populaire en pleine mutation.

« La mairie du 18e tient à ce que cela reste un quartier populaire, pas question d’une gentrification » souligne Emmanuel Grégoire. De fait, une partie des 26 000 m2 de l’enceinte, dont le parvis en partie végétalisé est ouvert sur la rue, est composée d’un espace (ouverture début 2025) conçu comme un lieu de vie quotidien (spectacles, expositions... qui s’ouvre sur une vaste terrasse.

Et de deux gymnases destinés aux associations, écoles et clubs de ce quartier déshérité : hyper urbanisé, lieu d’enchevêtrement du périphérique, de l’autoroute A1 et bientôt du viaduc ferroviaire du CDG-Express, il abritait il y a quelques années la « colline du crack ».

À voir également sur Le HuffPost :

JO de Paris 2024 : Charles Coste, plus vieux champion olympique français va porter la flamme à 100 ans

Teddy Riner remporte le Paris Grand Slam et s’offre un huitième titre record à six mois des JO