Publicité

L’acidification de plus en plus élevée de la mer Méditerranée affecte déjà le plancton

L’acidité de plus en plus élevée de la mer Méditerranée perturbe déjà le développement du plancton, mettent en évidence dans une étude des chercheurs espagnols.

L’acidité de plus en plus élevée de la mer Méditerranée perturbe déjà le développement du plancton, montrent des chercheurs de l’université de Barcelone (Espagne) dans la revue Communications Earth & Environment. L’augmentation de l’acidité provient de la formation d’acide carbonique produit par la dissolution dans l’eau du gaz carbonique de l’air, plus du quart du CO2 libéré par la combustion des carburants fossiles étant absorbé chaque année par les océans.

"Cette action délétère prédite depuis des années en laboratoire (...) se réalise maintenant dans la nature"

"Cette action délétère prédite depuis des années en laboratoire sur de nombreux organismes marins produisant du calcaire se réalise maintenant dans la nature", note Jean-Pierre Gattuso, spécialiste du sujet au CNRS. C’est le troisième exemple d’effet visible de l’acidité croissante des eaux sur un organisme marin, après ceux observés sur les mollusques ptéropodes et des microalgues, tous dotés de fragiles coquilles et ornementations en calcaire.

Les chercheurs ont utilisé comme témoin de l’acidification des eaux les minuscules coquilles des foraminifères, des organismes unicellulaires constituant une part importante du plancton marin de toutes les mers du globe. Ces coquilles, appelées tests, se déposent au fond des océans au fil des ans et leur composition reflète les conditions physico-chimiques des eaux lors de leur formation.

Des tests accumulés depuis 1500 ans

Des forages effectués sur trois différents sites de Méditerranée occidentale ont permis aux chercheurs de recueillir les tests accumulés depuis 1500 ans. Sur toute cette période, l’étude révèle une chute de la densité en calcaire des tests depuis une cinquantaine d’années. Celle-ci coïncide avec l’augmentation dans les coquilles du taux de l’isotope 13 du carbone, marque d’une présence accrue de carbone issu de la combustion des énergies fossiles, et d’un isotope du bore, lié à une acidité croissante des eaux.

L’acidification des eaux s’est pou[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi