Publicité

« L’île de la tentation » sur W9 : la nouvelle saison acte le retour de la téléréalité de transgression

L’Île de la Tentation revient sur W9 à partir du jeudi 18 janvier.
Fanch DROUGARD/W9 L’Île de la Tentation revient sur W9 à partir du jeudi 18 janvier.

TELEVISION - « Le meilleur moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder », disait Oscar Wilde. C’est précisément ce que vont tenter d’éviter une dizaine de candidats venus en couple dans L’Île de la Tentation à partir du jeudi 18 janvier, à 21h05 sur W9. L’émission de téléréalité culte des années 2000, fait son retour sur le petit écran. La nouvelle saison, présentée par Delphine Wespiser, ancienne Miss France (actuellement dans Bienvenue au Monastère), fait renaître ce concept diffusé entre 2002 et 2008 sur TF1 en deuxième partie de soirée.

« Frenchie Shore », déjà la plus « hardcore » des téléréalités françaises

Le principe reste le même que lors des précédentes saisons : une poignée de couples, ici 5, viendront « tester leur amour ». Pour cela ils se sépareront et vivront avec des tentatrices et tentateurs qui feront tout pour les pousser à l’adultère. Le tout sur une île paradisiaque où la fête est quotidienne.

Ils auront l’occasion de visionner régulièrement des images de leur moitié et de ses écarts (potentiels) lors de feux de camp. La production a par ailleurs mis en place une nouveauté de taille : une alarme se mettra à sonner lorsqu’un ou une candidate aura cédé à la tentation.

Le HuffPost : Le retour de cette émission sur le petit écran, qui plus est en prime time, est surprenant ?

Nathalie Nadaud-Albertini : L ’un des gros marqueurs du succès en téléréalité, c’est la transgression, la preuve avec le succès de Frenchie Shore même si c’est un format très différent, avec une diffusion différente. L’Île de la Tentation est l’émission par excellence qui repose intégralement sur le fait de voir à quel moment des candidats vont transgresser certaines règles. Et avec des images considérées comme « sexy ».

La téléréalité, pour que ça fonctionne, il faut qu’il y ait justement cet appel lancé au téléspectateur, cette transgression. Sinon ça donne quelque chose d’assez plat et ça a du mal à fonctionner. Et puis par ailleurs, on assiste au revival de nombreuses émissions de téléréalité qui ont à un moment fonctionné. Avec la Star Ac’ par exemple ou le retour annoncé de Secret Story. Mais après l’effet de buzz de l’annonce d’un retour de programme culte, il faut transformer l’essai, l’effet « évènement ». Il s’agit là de remettre au goût du jour une recette qui a fait ses preuves.

La recette de L’Île de la Tentation, pour quelle raison est-elle efficace auprès des téléspectateurs d’après vous ?

C’est vraiment un jeu sur le doute et la confiance. Ce dont je m’étais aperçue à l’époque, c’est que le couple qui arrivait dans l’émission et qui doutait, c’était celui pour qui ça allait le plus mal se passer. Parce que L’Île de la Tentation ne montre jamais le ou la partenaire en train de fauter et de mettre un coup de canif dans le contrat. On est toujours dans quelque chose qui suggère et qui va faire réagir l’autre ensuite.

C’est comme ça qu’on obtient presque à coup sûr ce qu’on apprécie beaucoup en téléréalité : c’est-à-dire un clash. C’est un moteur du récit, voire un point culminant du récit quand ils se retrouvent autour du feu de camp et qu’ils s’expliquent. Et ces clashs sont annoncés dès les bandes-annonces, ce qui garantit un « suivi » des téléspectateurs.

En quoi, L’Île de la Tentation est différente des autres téléréalités françaises ?

La famille d’émissions de téléréalité qui est née la première, c’est celle qui puise dans la transgression. Elle repose en très grande partie sur un double moteur pour capter l’intérêt du spectateur : le clash et/ou le trash. Et cette téléréalité, qui se consomme souvent seul, elle interroge souvent sur le couple, qu’est ce qui fait qu’on est en couple ? Selon l’émission, on se pose différemment cette question.

Dans la Villa des Cœurs brisés, on est sur quelque chose d’assez affectif. Dans Frenchie Shore, c’est beaucoup plus axé sur la sexualité. L’Île de la Tentation, pose la question « qu’est-ce qu’un couple ? » en s’intéressant aux éléments qui fondent la confiance sur laquelle repose la relation. S’il y a suspicion d’infidélité ou infidélité, le couple est alors remis en question. Il y a un idéal de monogamie et de fidélité comme ciment du couple et preuve de l’attachement amoureux, ce qui ne serait pas le cas dans d’autres modèles de couple, comme le polyamour.

À l’inverse, quand on parle des jeux d’aventure comme Koh-Lanta ou Pékin Express, des concours de talent comme The Voice ou la Star Ac’, c’est une téléréalité considérée comme familiale qui a une étiquette moralement acceptable ou politiquement correcte. Ce qui n’est pas du tout le cas de L’île de la tentation.

À voir également sur Le HuffPost : 

« LOL : Qui rit, sort » : la saison 4 sur Prime Video a son casting officiel et sa date de diffusion

Sur TF1, « Koh-Lanta : les chasseurs d’immunité» va mettre les nerfs des aventuriers à rude épreuve