Publicité

L’île de la Déception, dans l’Antarctique, permettrait d’en savoir plus sur la vie extraterrestre

Située sur l'île de l'archipel des Shetland du sud à 120 kilomètres au nord de la péninsule Antarctique, l'île de la Déception a toute l'attention des chercheurs. Si le territoire de cet îlot de 89,5 km² au nom inquiétant est aujourd'hui recouvert de glace à 60 %, il n'en a pas toujours été ainsi. Il n'y a pas si longtemps, dans les années 1970, une série d'éruptions volcanique a complètement détruit les installations scientifiques. Sur cette île glaciale qui fut autrefois recouverte de lave, l'analyse des micro-organismes qui y sont présents et capables de résister jusqu'à -28°C pourrait bien donner des indices précieux sur une possible vie extraterrestre.

Derrière son apparence circulaire, l'île possède la particularité d'avoir une entrée maritime dissimulant une large baie protégée de la houle et des vents froids. Découverte par des baleiniers américains au XIXe siècle, la baie de Port Foster permettait aux marins de se protéger des forces naturelles comme les tempêtes et les icebergs. Son écosystème est d'autant plus unique au monde que des poissons, krill, anémones et éponges de mer vivent en contrebas d'un volcan actif aujourd'hui recouvert de neige. D'après le géologue planétaire espagnol Miguel de Pablo, l'île est "analogue à Mars parce que (là-bas) nous avons une planète avec (un passé) d'immense activité volcanique (...) et qu'actuellement il y a des conditions très froides", a-t-il expliqué à l'AFP. Aujourd'hui, les chercheurs utilisent les mêmes robots qui survolent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En France, plus d’un tiers des sachets de riz sont contaminés aux pesticides selon une étude
Éolien offshore : où en est la France ?
Mieux vaut éviter d'offrir des roses à la Saint-Valentin, voici pourquoi !
Pour observer les nombreuses aurores boréales prévues en 2024, voici où aller sans quitter l’Europe
Jeux Olympiques : il y a un risque de canicule cet été à Paris